Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 17:33


affiche-sans-papier-2.jpg 

3 RÉGULARISATIONS GRÂCE À LA MOBILISATION DU RUSF :

LA LUTTE CONTINUE !

 

Suite à la lutte des étudiants du Réseau Université Sans Frontières, qui avait débouché l’année dernière sur le dépôt collectif de 8 dossiers d’étudiants sans-papiers soutenu par la présidence de l’université, avec la garantie qu’aucune OQTF (obligation de quitter le territoire français) ne soit adressé, 3 étudiants se sont vus accorder un titre de séjour par la préfecture de Nanterre.

 

Ils peuvent aujourd’hui étudier, travailler, se loger sans redouter le pire au moindre contrôle de police.

 

Malheureusement, quatre autres attendent encore…

Nous exigeons la régularisation de tous les autres étudiants ayant joint leur dossier à ce dépôt !

 

Soutenons-les dans leur démarche et unissons-nous contre la stratégie d’atomisation et de neutralisation des luttes que mène la préfecture :

 

Notre force est de rester visibles et solidaires contre l’administration de la terreur.

 

Nous entreprenons donc un 2ème dépôt collectif de dossiers, que le président J.-F. Balaudé, nouvellement élu, s’est déjà engagé à soutenir auprès de la préfecture.

Cette fois-ci, nous exigeons qu’aucun étudiant ne soit mis à l’écart, et que tous soient régularisés en même temps avec la remise d’un récépissé à réception du dossier par la préfecture.

 

Faites-le savoir autour de vous, rejoignez-nous et amenez vos dossiers à la réunion-permanence du réseau, tous les jeudi (sauf vacances) en salle DD 205, Bat. D. Seule la lutte effective et unitaire parviendra à de meilleurs résultats.

 

 

Régularisation de tous les sans-papiers,

carte d’étudiant = carte de séjour !

 

                      rusfparis10@gmail.com // 06 31 63 82 58

Repost 0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 21:42

affiche-sans-papier-1.jpg

 

EMPECHONS L’EXPULSION DE GERARD !

TOUS A L’AEROPORT DE ROISSY DIMANCHE 3 AVRIL !

 

Gérard, étudiant étranger en Licence d’AES à l’université de Nanterre va se faire expulser dimanche 3 avril à l’aéroport de Roissy. Après plus d'une quinzaine de jours passés en centre de rétention, le consul vient de signer le laisser passer pour l'expulsion.

La seule solution est désormais d'empêcher son expulsion, à l'aéroport.

 

SOYONS NOMBREUX DIMANCHE MATIN ! La méthode qui consiste à intervenir dans les aéroports pour empêcher les expulsions a fait à de nombreuses reprises preuve d’efficacité. Pour cela, nous devons être nombreux. Faites circuler le message à votre entourage.

 

Un départ commun de la fac de Nanterre est prévu à 9h30 devant le bâtiment CD de la cité-U.

 

Pour ceux qui partent de Paris RDV à Roissy terminal 2C à 11H

Repost 0
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 15:57











Communiqué de soutien

du Comité des Sans Papiers du Nord (CSP59)

aux sans papiers grévistes de la faim et de la soif à Bruxelles

 

 

Mme TURTELBOOM, ne soyez pas responsable d'un drame irréparable :

REGULARISEZ avant qu'il ne soit définitivement trop tard !

 

 

 

Le CSP 59 (Nord, France) a pris connaissance de la situation alarmante concernant le mouvement de nos camarades sans papiers de Bruxelles qui luttent collectivement pour enfin obtenir leur droit à la régularisation.

 

Vous, sans papiers de Bruxelles, avez été obligés d'entamer une grève de la faim pour espérer enfin vous faire entendre de Mme Turtelboom, Ministre de la Politique de la migration et de l'asile, et obtenir la régularisation.

 

Face à la surdité et l'aveuglement de Mme Turtelboom et ce malgré l'état de santé des grévistes de la faim qui ne cessait de se dégrader au fil des jours, plusieurs dizaines d'entre vous ont décidé, contraints par cette attitude, d'entamer une grève de la soif.

 

Il semble que Madame Turtelboom pose la surdité et l'aveuglement comme stratégie visant à vous faire taire et à vous rendre invisibles par tous les moyens, y compris le décès de personnes qui ne réclament que l'existence légale à laquelle elles ont le droit !

 

La situation est alarmante car il est question  pour vous aujourd'hui de vie ou de mort.

 

Le CSP 59 vous apporte son soutien indéfectible dans votre juste lutte pour une vie digne et exige que vous soyez régularisés au plus vite.

 

Le CSP 59 rappelle que sont « clandestins » les étrangers qui acceptent de vivre cachés, inconnus de l'Etat et des services administratifs. Les « sans papiers », sont les étrangers qui n'acceptent pas l'inexistence légale, ils veulent vivre et travailler légalement. Citant Victor Hugo, pour les sans papiers, « le plus lourd fardeau, c'est de vivre sans exister ».

 

Mme Turtelboom, écoutez-les et ouvrez les yeux : vous ne pouvez plus imposer l'illégalité à tous ceux et toutes celles qui refusent d'être hors la loi. Ne soyez pas responsable d'un drame irréparable. Les sans papiers veulent vivre ET exister ! REGULARISEZ !

 

Régularisation des grévistes de la faim et de la soif !

Régularisation de tous les sans papiers !

 
 

 

Fait à Lille, le 17/07/08
 
                                                                                           

POUR EXIGER LA REGULARISATION DES GREVISTES
ET DE TOUS LES SANS PAPIERS AUPRES DES AUTORITES BELGES :
 
Fax et mail :

Annemie Turtelboom, Ministre de l'Asile et l'Immigration

Wetstraat 18, 1000 Brussel

Tel: 00 32 2 501 04 80

Fax: 00 32 2 512 05 10

Mail: min.annemie.turtelboom@ibz.fgov.be  

 

Patrick Dewael, Ministre de l'Intérieur

Fax : 00 32 2 504 85 00

mail patrick.dewael@ibz.fgov.be  

 

Office des Etrangers :
Fax : 00 32 2 274 66 90  
mail : helpdesk.dvzoe@dofi.fgov.be
 
                                                                                           
Reçue de l'assemblée des voisins (mouvement belge de soutien aux sans papiers)
 
Action symbolique de 24 heures en soutien aux sans-papiers

Une action symbolique en soutien à la cause des sans-papiers et des grévistes de la faim est menée pour une durée de 24 heures depuis ce mercredi à 12H00 à la place des Martyrs, à Bruxelles.

A midi, une dizaine de matelas ont été posés à même le sol au milieu de la place, dans le centre-ville. Un podium et un stand d'informations relatives à la circulaire de régularisation ont été installés par les organisateurs. Une trentaine de personnes au minimum devraient rester sur place en permanence durant 24 heures. Il a été demandé aux participants de ne pas manger ni boire sur la place en guise de solidarité avec les sans-papiers grévistes de la faim.

L'action est soutenue par les syndicats socialiste (FGTB) et chrétien(CSC). Les organisateurs souhaitent attirer, avant le conseil des ministres de vendredi, l'attention du gouvernement et en particulier de la ministre de la Politique de migration et d'asile, Annemie Turtelboom, sur l'urgence de la situation à laquelle sont confrontés les sans-papiers et les grévistes de la faim. (belga)
23/07/08 14h45

Martyre en grec cela veut dire "témoin" et il est bien vrai qu'aujourd'hui les personnes qui vivent sans papiers sont les témoins que l'on ne veut ni voir, ni entendre de la barbarie de ce monde. C'est pourquoi, grâce à leurs luttes, nos camarades sans-papiers nous montrent chaque jour la réalité des politiques dans lesquelles nous vivons et que l'on veut nous faire accepter en nous les enrobant derrière des mots creux comme : compétitivité, flexibilité, réalité du marché, etc. Grâce à leurs luttes nos camarades sans-papiers nous rappellent que ce système est d'abord un système basé sur l'exploitation et la domination. C'est pourquoi nous leur rendons hommage en disant que nous refusons ce système qui régule les flux d'hommes et de femmes venus de loin chercher une vie meilleur ici en vue de permettre leur exploitation par le travail dans des conditions que depuis longtemps les camarades travailleurs ont refusés. Nous disons que nous refusons ce système d' « apartheid » qui donne des droits à ceux dont la naissance et le travail est du bon côté de la planète. C'est d'ailleurs pour cette raison que certain d'entre nous ont détruit publiquement leur carte d'identité. Si aujourd'hui nous luttons avec nos camarades sans-papiers c'est aussi dans la mesure où leurs situations nous rappellent tous les jours ce qu'il y a de pire dans ce monde de violence, d'exclusion, de normalisation et de contrôle.

 

Egalité et Solidarité : « des papiers pour tous ou tous sans papiers. »

                                                             
 
Informations reçues de Greta, militante de Bruxelles, sur la situation :
 
Chers amis des CSP du Nord,

Un grand merci pour votre soutien.

 

Nous sommes dans la même lutte. Vous savez que les sans papiers de Belgique font une grève de la faim et certains d'entre eux la grève de la soif . 
Un groupe est hébergé à la Maison de l'Amérique Latine. D'autres se trouvent à L'université Libre de Bruxelles.
D'autres encore dans une église à Forest. Ceux-ci sont en grève de la faim depuis 63 jours.
Nous voulions vous tenir au courant de leur combat. 
 
Vous trouverez ici les vidéos, tournées jour après jour (à la Maison de l'A.L), de leur combat, des négociations avec l'office des étrangers, des rencontres avec les partis politiques etc...

10 sans papiers font la grève de la soif depuis le lundi 7 juillet. 2 algériens, 2 iraniens, 2 africains, 2 népalais et 

2 latino-américains. Ils représentent leur comité, soit 210 demandeurs d'asile. 
Ils sont hébergés à la Maison de l'Amérique latine à Bruxelles


J'ai décidé de les suivre dans leur combat, chaque jour. De faire un "anti-reportage", c-à-dire de garder les images pratiquement dans leur longueur, sans trop de montage.
Ces vidéos sont publiées quotidiennement sur Google. 

Ces sans papiers vivent et travaillent chez nous depuis plusieurs années (de 3 à 8 ans) mais on leur a retiré leurs
papiers et ils attendent donc toujours leur régularisation, sans travail, sans aide sociale.
Comme vous le savez, la grève de la soif est dangereuse et ne peut se suivre que très peu de jours sans dommages.

A bientôt et merci
Greta

 
Premiers jours:
 
http://video.google.com/videoplay?docid=5780446618713493161&q=grève+de+la+soif&ei=LG17SPAEgaSLAqTZlcgJ
 
 
http://video.google.com/videoplay?docid=7265840637431753241&q=grève+de+la+soif&ei=b257SN3xBY-AjQLzj8CFCw
 

 

 
Depuis vendredi, les grévistes de la soif ont décidé de suspendre leur grève, tout en continuant la grève de la faim.
Suite à la visite du directeur général de l'office des étrangers jeudi soir, et en attendant la décision du gouvernement concernant le contenu final de la circulaire Turtelboom ce week-end, ils ont considéré qu'il était plus sage de suspendre la grève de la soif.
Par contre, si lundi rien n'est clair et qu'ils ne reçoivent pas de réponse positive à leur demande, c-à-dire la carte blanche d'un an renouvelable et le permis C, ils reprendront leur grève de la soif au finish.
 
Négociations :
 
1.
http://video.google.fr/videoplay?docid=2152832672025749040&q=grève+de+la+soif+jour+3+négociations&ei=-XJ7SPG8K4rijAKK5djRBg&hl=fr
 
 
2.
http://video.google.fr/videosearch?q=grève+de+la+soif+jour+3+négociations+-+2&hl=fr&sitesearch=#
 
 
3
http://video.google.fr/videosearch?q=grève+de+la+soif+jour+3+négociations&hl=fr&sitesearch=#
 
 
chacun son histoire. 
 
En flamand :
http://video.google.com/videosearch?q=grève+de+la+soif+%2C+histoire+de+Prasad&sitesearch=#
 
 
 
En français :
http://video.google.com/videosearch?q=grève+de+la+soif%2C+chacun+son+histoire&sitesearch=#
 
 
vidéos du dimanche 13 juillet.
 
 
 
http://video.google.com/videosearch?q=grève+de+la+soif+manifestation&sitesearch=#
 
 
http://video.google.com/videosearch?q=grève+de+la+soif+pas+de+circulaire&sitesearch=#
 
 
 
Démission du premier Ministre Yves leterme
 
Vous savez certainement par les médias que les grévistes ne vont pas bien. Et que ni Mme Turtelboom, ni les membres
du gouvernement ne considèrent qu'il est urgent de trouver une solution.
Ce que vous verrez ici ce sont les rencontres de hier avec les écolos d'une part et Mr Roosemount d'autre part.
 
Vous comprendrez que la politique de l'immigration est plus que confuse, qu'elle est plutôt incompréhensible et absolument 
pas logique. Pour votre information, les deux népalais qui avaient été arrêtés et incarcérés dans un centre fermé ont été expulsés ce matin, sans aucune explication de Monsieur Roosemount, directeur général de l'office des étrangers.
 
Demain vous verrez la rencontre avec Georges Henri Bauthier, qui est mandaté par les trois groupes de grévistes (Forest, ULB et
maison de l'A.L). Ceci vous éclairera sur la situation qui est pour le moins bloquée, alors que 4 de nos grévistes sont à l'hôpital.
 
A demain
Greta
 
 
http://video.google.com/videosearch?q=grève+de+la+soif+démission+Leterme&sitesearch=#
 
 
http://video.google.fr/videosearch?q=greve+de+la+soif+le+directeur+de+l%27office+des+étrangers+explique+le&hl=fr&sitesearch=#
 
 
http://video.google.fr/videosearch?q=greve+de+la+soif+le+directeur+de+l%27office+des+étrangers+explique+les+procédures+2&hl=fr&sitesearch=#
 
 
Voici la suite. Tous nous commençons à fatiguer. Les 4 grévistes sont rentrés ce matin de l'hôpital à la maison de l'A.L, mais un
autre a dû y aller, épuisé. Les grévistes suspendent une fois encore la grève de la soif, tout en poursuivant la grève de la faim.
Ils reprendront la grève de la soif après le long W.E.
 
 
http://video.google.com/videosearch?q=greve+de+la+soif-+4+grévistes+à+l%27hopital&sitesearch=#
 

 

La manifestation devant l'office des étrangers et le résultat de la rencontre d'une délégation avec Mr Roosemount, directeur 
général de l'office des étrangers n'ont rien donné de positif. Au contraire. "La loi, c'est la loi et il faut l'appliquer" dit Mr Roosemount.
Pendant ce temps, un autre gréviste part à l'hôpital. Les grévistes de la maison de l'A.L suspendent leur grève de la soif jusqu'à
la semaine prochaine, mardi ou jeudi, tout dépendra de l'agenda politique. Leterme répondra t-il au parlementaires sur la question
des sans papiers mercredi ?
 
 
http://video.google.com/videosearch?q=greve+de+la+soif-18+juillet+manif&sitesearch=#
                                                                          
 
Dernières infos reçues de Bruxelles
 

Action symbolique d'étudiants de l'ULB pour les sans-papiers

Le Comité d'Actions et de Soutien aux sans-papiers de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) a mené ce mardi matin une action symbolique au siège de l'Open Vld, rue Melsens à Bruxelles, en vue de réclamer la sortie de la circulaire de régularisation auprès de la ministre de la Politique de Migration et d'Asile, Annemie Turtelboom.

Affiches
L'action était préparée depuis dimanche. Une délégation de dix personnes, dont une majorité d'étudiants de l'ULB, a investi le hall d'entrée du siège de l'Open Vld. Le Comité d'Actions et de Soutien a placardé des affiches sur la vitrine du parti libéral flamand et a mené une occupation durant quelques minutes. "Occupation Vld, 1er jour de grève de la faim", pouvait-on lire sur une pancarte placée à l'entrée du siège du parti. Les occupants avaient emmené symboliquement avec eux du matériel de couchage. Les manifestants ont quitté les lieux dans le calme à l'arrivée de la police.

Carte d'identité détruite
Des policiers ont réclamé une pièce d'identité au responsable de l'action. Un étudiant a montré sa carte d'identité qu'il avait coupée en deux, fin de la semaine dernière, afin de protester contre la politique de migration. La police n'a pas effectué d'interpellation. La plupart des manifestants avaient coupé en deux leur carte d'identité la semaine dernière et se sont présentés ce mardi comme des sans-papiers. Ils justifient leur geste par le fait qu'ils ne veulent pas être privilégiés par rapport aux sans-papiers.

Action ludique
"L'action d'aujourd'hui était avant tout ludique et nous ne cherchions pas à nous faire arrêter. Mais nous voulons mettre la pression par tous les moyens sur la ministre Turtelboom afin qu'elle prenne ses responsabilités et qu'elle assume ses choix, sans faire porter la responsabilité à ses partenaires au gouvernement", a réagi à l'issue de l'action Martin Deleixhe, un étudiant de l'ULB.

Circulation de régularisation
"Nous sommes venus réclamer la circulaire de régularisation des sans-papiers avant le dernier conseil des ministres et avant les vacances parlementaires. Nous voulons rencontrer la ministre. Les occupants sans-papiers de l'ULB ont attendu des semaines avant de rencontrer une personne du cabinet de Mme Turtelboom. Leur action de sensibilisation n'a mené à rien, contrairement à leur grève de la faim. Les occupants sont fort inquiets. Si la circulaire ne sort pas durant les congés, les rafles et les expulsions ne s'arrêteront pas durant cette période", a expliqué Philippe Santini, membre du Bureau des Etudiants administrateurs (BEA) de l'ULB.

La soixantaine de sans-papiers qui occupent depuis le 7 avril un bâtiment de l'ULB ont entamé mardi leur 9e jour de grève de la faim.

 

(belga/7sur7) voir aussi le soir/dh/llb/..  http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/353308/2008/07/19/Suspension-de-la-greve-de-la-soif-des-60-grevistes-a-l-ULB.dhtml

22/07/08 13h20
 
 
La soixantaine de sans-papiers qui occupent un bâtiment de l'Université libre de Bruxelles (ULB) à Ixelles ont suspendu leur grève de la soif samedi, tout en poursuivant leur grève de la faim, annonce l'Union de défense des sans-papiers (UDEP).

"Après trois jours sans boire, ni manger nous voulons montrer un geste de bonne volonté au premier ministre M. Leterme, auquel nous demandons une entrevue depuis deux jours. Nous espérons que M. Leterme accueillera cela comme un signe de notre volonté de dialogue", expliquent les sans-papiers dans un communiqué de l'UDEP.

Les sans-papiers précisent qu'ils suspendent leur grève de la soif aussi "par respect pour les célébrations du 21 juillet". "Les occupations UDEP de Forest et de l'ULB exigent la régularisation et entendent poursuivre leur action jusqu'à la mort pour l'obtenir", rappelle enfin le communiqué, tout en priant les partis de la majorité de "trouver d'urgence une issue à cette crise qui ne peut plus attendre".
 (belga/7sur7)
 
 
 
 
                                                           

--
Comité des Sans Papiers 59 (CSP59) 42 rue Bernos 59000 Lille
tel : 0680575061 e-mail : csp59@wanadoo.fr
infos : leblogducsp59.over-blog.com
Manifestation tous les mercredis 18 h 30 Place de la République / Lille
Repost 0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 22:30






















C'est mercredi, il est 18h environ, les sans papiers et soutiens arrivent comme à l'accoutumée les uns après les autres à Place de la République - Parvis des Droits de l'Homme.

Deux sans papiers dont un Ch'ti marcheur de Lille à Paris sont arrêtés et embarqués par des policiers de la PAF. La guerre de l’été du préfet Canepa commence !

Il faut terroriser les sans papiers pour vider les manifestations du mercredi. Ce qu'il cherchait l'an dernier en 2007 quand il a provoqué la grève de la faim, il cherche à l'obtenir durant l'été 2008.

Préfet d'un pouvoir sarkoziste donneur professionnel de leçons sur les «droits de l'homme», sur «l'humanisme», sur «j'ai un cœur aussi, il est à gauche, mais je suis en responsabilité», et patati et patata, mais incapable de balayer devant sa propre porte en respectant l'Etat de droit, la loyauté et le respect de la Constitution.

Touchant de voir le Président Sarkozy sur FR3 s'empêtrer dans le lyrisme «humanitaire» alors qu'il disperse dans différents CRA les sans papiers de Vincennes qui ont bel et bien échappé de justesse à un suicide collectif d'un gouvernement pyromane.

Il ne manquait plus que les larmes aux yeux de notre cher Président pour nous émouvoir sur la muraille de chine qu'il dresse entre «être aux affaires, en responsabilité» et gouverner en respectant toutes les valeurs qui font de la France que nous aimons le pays berceau des droits de l'homme.

Le Président français n'a même pas «pitié» pour paraphraser le professeur français de Thaïlande de la «France». Sa nouvelle devise, c'est faire la guerre aux étrangers, aux pauvres aux travailleurs qui triment durs pour vivre de la sueur de leur front.

Quant à son bras séculier le Préfet du Nord, c'est l'abus de pouvoir, le piétinement de la constitution et de la loi, tout cela pour en finir avec le CSP59, la visibilité des sans papiers. N'est ce pas le prix pour garder l'électorat Lepéniste ?!

Le 14 juillet, jour de la prise de la Bastille en 1789, le CSP59 appelle tous les sans papiers, tous les soutiens, tous les démocrates à suivre le défilé en se bâillonnant la bouche avec un mouchoir comme le fait un mardi par mois le Cercle du Silence à l'initiative de l'église catholique.

Le CSP59 appelle à une mobilisation forte le jeudi 10 juillet à Roubaix à 18h à l'Epeule/Charles De Gaulle à Roubaix. Une demande d'audience est faite au Maire de Roubaix pour qu'en tant que premier magistrat de la ville, il fasse cesser les contrôles au faciès ciblés et fasse respecter la constitution et la loi.

Lien

Repost 0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 23:50












RESOLUTION DE LA REUNION DES CSP A L'INITIATIVE DE LA CSP75

 

En présence de la CNSP se sont réunis les CSP75, CSP93, CSP91, CSP92, CSP59, CSSP49 pour examiner la phase actuelle de la lutte des sans papiers pour la régularisation.

La résolution suivante a été adoptée :

- L'actuel mouvement de grèves et occupations des lieux de travail organisés par nos partenaires, les syndicats, est une brèche ouverte dans le dispositif répressif du gouvernement pour ramener les sans papiers dans la clandestinité : les CSP se félicitent de l'initiative des syndicats, notamment de la CGT;

- Les mensonges présentant les sans papiers comme des « parasites qui profitent de la France » sont ainsi démasqués, maintenant tout le monde se rend compte que les sans papiers sont des travailleurs qui sont surexploités par des patrons négriers du travail caché;

- Les lois racistes qui bafouent l'état de droit servent donc le patronat qui fraude le fisc et sous payent des hommes, des femmes et parfois des enfants qui pour survivrent subissent la précarité inhumaine;

- Devant les grèves et occupations organisés par les syndicats, le gouvernement refusent de plus en plus le dépôt des dossiers des CSP et des associations, pire le gouvernement ordonnent aux préfectures de recevoir que les dossiers des syndicats;

Son objectif est d'opposer les sans papiers qui ont des contrats et fiches de salaires et les sans papiers qui sont payés en liquide par les patrons, mais aussi de diviser syndicats, associations et CSP;

- Devant le désespoir créé chez les sans papiers par cette politique discriminatoire du diviser pour mieux régner du gouvernement, la CSP75 s'est réfugiée à la bourse du Travail dans l'espoir que cette action permette de rétablir le front uni des syndicats, des associations et des CSP pour la régularisation;

- Cette présence à la Bourse du Travail a pour but qu'ensemble, CSP, associations et syndicats, nous oeuvrons à l'unité des sans papiers avec et sans fiches de salaires;

- L'expérience de la circulaire pour « les enfants scolarisés » qui a permis des régularisations et qui a posé la nécessité de l'unité de l'ensemble du mouvement (CSP, association, syndicats, Resf) doit être mise à profit pour éviter le piège de la division;

- Malgré les difficultés objectives de fonctionnement que la présence des sans papiers à la Bourse du Travail occasionnent, l'essentiel et l'intérêt majeur des sans papiers dans leur ensemble et celui de tous les autres catégories de travailleurs exigent que nous prenions tous ensemble un engagement d'unir toutes les formes de luttes et toutes les forces organisées (syndicats, associations, CSP) pour élargir la lutte et arracher le maximum de régularisation;

- Au delà des incompréhensions et des erreurs des uns et des autres, l'espoir suscité par les luttes actuelles exige qu'ensemble, syndicats, associations, CSP, nous agissions dans l'intérêt supérieur des sans papiers et partant de l'ensemble des travailleurs du pays;

- La visibilité des sans papiers, notamment à travers les CSP, que le gouvernement et le patronat aimeraient faire disparaître de la scène social et politique est un des enjeux majeurs des manœuvres de divisions du gouvernement. 

C'est pourquoi notre réunion des CSP en présence de la CNSP :     

- Salue le travail en cours de l'intersyndicale, des associations et de la CSP75 d'élaboration d'une grille dont l'objectif est de prendre en compte toutes les situations des sans papiers présents à la Bourse du Travail;

- Soutient le projet de parrainage des sans papiers par les syndicats;

- Propose une interpellation du gouvernement par l'intersyndicale, les associations et le CSP75 pour que tous, syndicats, associations et CSP, et partout sur le territoire national puissent déposer des dossiers dans les préfectures en vue de la régularisation;

demande aux syndicats et aux associations, qu'en plus des critères de contrats d'embauches, des fiches de salaires et de la taxe ANAEM que doivent payer les patrons, que soit pris en compte les témoignages sur l'honneur des salariés réguliers attestant avoir travaillé avec les sans papiers demandeurs qui n'ont pas de fiches de salaires (le témoignage sur l'honneur est valable devant la justice, pourquoi pas devant l'administration), les promesses d'embauche, la non limitation aux secteurs dits « sous tension » dès que le sans papiers y a déjà travaillé ;

- Soumet l'idée que le critère « travail » actuel ne doit pas se substituer aux autres critères de régularisation, notamment la durée de présence, la vie familiale, l'insertion dans la vie sociale et citoyenne, la maladie, le droit d'asile qui permettent d'obtenir une régularisation « vie privée et familiale »;

- Suggère la mise en place partout où c'est possible d'une coordination syndicats, CSP, associations pour organiser, élargir, massifier l'action de grèves et d'occupations des lieux de travail;

- Appelle à la syndicalisation de tous les sans papiers, ce qui n'est pas incompatible avec la lutte dans les CSP pour la régularisation de tous les sans papiers.

- Appelle à la participation massive des sans papiers à la manifestation du 14 juin contre la directive européenne anti-immigrée de la honte.

 

Fait à Paris le 08/06/09    
Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:22


L’UNIVERSITE ET LA LUTTE DES SANS-PAPIERS

 

L’ARRIVEE DE LA MARCHE DES CH’TIS SANS-PAPIERS A L’UNIVERSITE DE NANTERRE OUVRE LA VOIE DE LA LUTTE !

 

 

L’UNIVERSITE ET LA LUTTE DES SANS-PAPIERS

 

L’ARRIVEE DE LA MARCHE DES CH’TIS SANS-PAPIERS A L’UNIVERSITE DE NANTERRE OUVRE LA VOIE DE LA LUTTE !

 

 

L’arrivée le 9 mai sur notre campus des 35 marcheurs de Lille du CSP 59 (Collectif de sans –papiers du Nord) et d’une centaine de sans-papiers du CSP 92, a permis de renforcer l’indispensable solidarité entre les étudiants et les ouvriers sans-papiers. Elle a permis aussi d’ouvrir une brèche dans l’édifice de l’apartheid universitaire.

 

Pourquoi ce rassemblement à Nanterre ?

 

Concrètement l’idée est venue lors d’une discussion entre l’AGEN et le CSP 59. Suite à notre meeting commun du 16 avril  « 1968-2008, arrêtons les commémorations, luttons contre la répression », nous avons fixé l’Université de Nanterre comme une des étapes de la marche partie de Lille.

 

Pourquoi l’université de Nanterre ? Pour 3 raisons majeures.

 

En premier lieu, il s’agit de dénoncer la conception politique qui s’exprime dans la création d’un  Ministère de « l’Identité Nationale » raciste. Nanterre est une ville dont l’université comme tous les quartiers est façonnée par l’histoire du prolétariat immigré, notamment  celle des années 60 lorsque les habitants de l’immense bidonville sous couvre-feu menaient la lutte pour la liberté et l’indépendance de l’Algérie. Nous avons rappelé que l’université a été construite justement par ces immigrés qui ont du attendre des dizaines d’années avant que quelques uns de ses enfants y accèdent. La lutte pour l’égalité des droits continue.

 

Deuxièmement, il s’agit non de commémorer mais de raviver ce qui a été un moteur de mai 68 : la jonction dans la lutte des secteurs (étudiants-travailleurs) que l’on divise d’ordinaire pour le bon fonctionnement de l’ordre capitaliste. Ne l’oublions pas : l’université est un des appareils d’Etat où l’on forme les futurs maîtres d’œuvre de la machine à expulser, les futurs Maurice Papon de la République. Cette ligne noire de la réaction fait face à une vision antagonique : des étudiants qui refusent de servir l’ordre marchand et policier et qui se mettent au service des opprimés. Grande leçon de ce qu’il y avait de révolutionnaire dans mai 68 : les étudiants doivent faire un choix de classe sur le sens de leurs études.

 

Enfin, après 12 ans de lutte pour une régularisation globale des sans-papiers, les luttes reprennent un peu partout sur ce front. Il faut organiser la solidarité.  Des milliers de personnes qui risquent au sens propre leur vie relèvent héroïquement le flambeau de la lutte dans un climat mortifère d’offensive générale du pouvoir et des capitalistes, unis pour la destruction des droits monde du travail. A Nanterre, l’église St Paul est ainsi occupée, à Colombes les sans-papiers de « Passion traiteur » sont en grève avec occupation du lieu de travail. Présentés depuis des années comme des clandestins profiteurs, les sans-papiers montrent encore une fois qu’ils sont à la base de l’économie de ce pays, comme partie du prolétariat exploité et opprimé à outrance. La venue des collectifs de sans-papiers sur l’université de Nanterre permet aussi de révéler un scandale soigneusement camouflé. Dans les universités des centaines d’étudiants sont aussi sans-papiers. Ils sont sous le coup d’une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) voire d’arrêté d’expulsion alors que les autorités attendent l’été pour les expulser en toute discrétion.

 

 

Compte-rendu de la journée du 9 mai à Nanterre

 

L’AGEN a  donc été chargée de coordonner l’arrivée de la marche à Nanterre avec le CSP 92 jusqu’au départ pour la manifestation nationale du 10 mai à Paris. Des camarades ont été une première fois à la rencontre des marcheurs à Argenteuil le 4 mai et aux Ulis le 8 mai.

 

Nous avons organisé et appelé à  cette journée unitaire avec Sud-étudiant, l’UEC, les JCR, l’Unef, les membres du personnel (Snasub), et les professeurs (Snesup).

 

Le déroulement de la journée a été celui d’une lutte commune. Les marcheurs sont partis des Ulis à 9h, là où, dans une ambiance très chaleureuse et solidaire, un collectif de sans-papiers s’était crée la veille à l’occasion de leur passage, création annoncée à l’issue d’une conférence de Saïd Bouamama sur l’enjeu des luttes de l’immigration à l’époque capitalisme mondialisé.

 

Le 9 mai, à 11h30, quelques étudiants de Nanterre sont venus à la rencontre des marcheurs de Lille devant l’Arche de La Défense puis nous sommes partis pour une manifestation dans le quartier populaire Pablo Picasso avant de rejoindre l’église St Paul occupée par les sans-papiers du 92. Nous avons retrouvé les marcheurs : Youssef, Cissé, Hamid, la « communauté » thaïlandaise » en tête et tous les autres. Nous avons pu entendre, scander et chanter les nombreux slogans inventifs et les chansons révolutionnaires du CSP 59 qui nous trottent encore dans la tête (sur cette question le CSP 59 est sans conteste champion de France !) Le cortège a fait son entrée sur le campus vers 13h accueilli par les étudiants solidaires qui organisaient le rassemblement devant le bâtiment F (bâtiment de droit).

 

Les sans-papiers du CSP 59, 92, ceux de Colombes en grève,  ont pris la parole pour expliquer leur situation, leur lutte, la marche organisée depuis Lille face au sinistre préfet Canepa, la politique du chiffre du gouvernement expulseur, les pratiques des préfecture et ils ont appelé à la solidarité active. Des soutiens se sont exprimés comme la sénatrice Alima Boumedienne (Verts), des élus (PCF) de la mairie de Nanterre ou du conseil général. La situation des étudiants étrangers soumis à la DAP (demande d’admission préalable), au test de français et au contrôle des titres n’a pas été oubliée.

 

Tout le monde a pu ensuite (et enfin !) se restaurer autour d’un grand barbecue sur la pelouse centrale.

 

Avant la manifestation vers la Préfecture, une délégation a d’ailleurs été reçue par le vice-président de l’université chargé des études (Mr Lefebvre), la demande des manifestants était double : que l’université fasse une déclaration de soutien à tous les étudiants sans-papiers pour qu’elle s’engage à agir pour leur régularisation et que l’université écrive une lettre au préfet du 92 pour la régularisation des sans-papiers[1].

 

Vers 15h30, plusieurs centaines de manifestants, sans-papiers et soutiens, se sont retrouvés devant la préfecture de Nanterre, là où se pratiquent comme dans d’autres préfectures des rafles au guichet (un sans-papiers convoqué ou non vient prendre des nouvelles de son dossier puis est interpellé directement par la police). Les manifestants ont maintenu la pression jusqu’à ce que la délégation reçue par le sous-préfet d’Antony (!) ressorte pour annoncer que cette première rencontre relevait davantage de la mascarade que d’une réponse cohérente car le sous-préfet pouvait recevoir les doléances mais annonçait qu’il ne pouvait apporter de réponse.

 

Les manifestants se sont ensuite retrouvés sur le lieu d’occupation (église St Paul) pour faire le bilan de la journée et de la lutte. Le porte-parole du CSP 59 a fait part de l’expérience de son collectif, des méthodes utilisées par le préfet Canepa depuis l’élection de Sarkozy pour briser la lutte de ce collectif (rafles jusque dans les hôpitaux, chantage aux consulats, inculpations des porte-parole)  mais aussi de la farouche détermination du CSP 59 et des méthodes de lutte : manifestations hebdomadaires, occupations de lieux du pouvoir politique ou économique, marche, …

 

Pour les soutiens, Gilles Lemaire (Verts, porte-parole de l’UCIJ Unis contre l’immigration jetable) a condamné une politique qui prend les immigrés comme boucs émissaires et qui organise la chasse aux plus pauvres. Pour les étudiants, un militant de  l’AGEN est intervenu  pour affirmer que la liaison avec l’université devait se renforcer, par exemple en inscrivant dans le collectif les cas des étudiants sans-papiers, que cette lutte pour la régularisation des sans-papiers concernait l’ensemble du monde du travail ce qui donne lieu à  une lutte pour l’unité (avec la CGT par exemple) qui n’est pas une tare mais une bataille indispensable.

 

Après le repas préparé par le CSP 92, l’hébergement des marcheurs ch’tis sans-papiers a été pris en charge par l’AGEN et l’ARENE (Association des Résidents de Nanterre). L’hébergement  s’est effectué à la résidence universitaire et grâce à la solidarité concrète des résidents qui ont descendu des matelas et organisé un tour de veille durant la nuit.

 

Le lendemain matin nous avons rejoint une nouvelle fois l’église St Paul et nous sommes partis pour une marche de Nanterre à Place Clichy en passant par la mairie de Neuilly, avant de prendre la tête de la manifestation nationale des sans-papiers du samedi 10 mai.

 

 

Des 35 marcheurs de Lille  qui au bout de leur périple étaient toujours aussi vaillants nous garderons le souvenir du courage, de la détermination, de la joie de lutter ensemble. Nous leur souhaitons comme à tous les sans-papiers d’arracher une victoire, de faire plier Sarkozy et ses sbires. Les marcheurs ont bravé l’Etat expulseur. Ils ont montré l’exemple.

 

Que mille luttes s’éveillent pour l’égalité des droits !

 

Pour la régularisation de tous les sans-papiers par la carte de 10 ans !

 

Vive la solidarité entre les étudiants et les sans-papiers en lutte !

 

 

AGEN, le 17 mai 2008



[1] Après les dénégations d’usage pour jurer qu’au grand jamais l’université ne traitait de façon discriminatoire ses étudiants, le vice-président Lefebvre s’est engagé à rédiger un courrier sur la situation des sans-papiers. Force est de constater que ce courrier, délivré ultérieurement, s’étale complaisamment sur les traditions humanistes de l’université mais ne soutient en rien la régularisation des sans-papiers y compris étudiants. Cependant le problème ne relève pas uniquement de cette direction bien connue pour ces méthodes policières. Lors de cet entretien, les JCR, partie prenante de la délégation, ont fourni 14 dossiers d’étudiants sans-papiers avant même que ne soit obtenu un engagement global de soutien à l’ensemble des cas. Cette démarche du cas par cas est en contradiction flagrante avec les principes affichés. Cela contredit  aussi  la nécessité de créer un rapport de forces réel pour gagner face à une institution universitaire qui joue pour le moins un rôle ambigu avec la préfecture dans la fabrique des sans-papiers. Pour l’AGEN, il est indispensable que la question des étudiants sans-papiers s’appuie sur la lutte des travailleurs sans-papiers en étant autonome des syndicats (par exemple par la création d’un collectif d’étudiants sans-papiers) et en sortant de la simple gestion des dossiers au cas par cas.



[1] Après les dénégations d’usage pour jurer qu’au grand jamais l’université ne traitait de façon discriminatoire ses étudiants, le vice-président Lefebvre s’est engagé à rédiger un courrier sur la situation des sans-papiers. Force est de constater que ce courrier, délivré ultérieurement, s’étale complaisamment sur les traditions humanistes de l’université mais ne soutient en rien la régularisation des sans-papiers y compris étudiants. Cependant le problème ne relève pas uniquement de cette direction bien connue pour ces méthodes policières. Lors de cet entretien, les JCR, partie prenante de la délégation, ont fourni 14 dossiers d’étudiants sans-papiers avant même que ne soit obtenu un engagement global de soutien à l’ensemble des cas. Cette démarche du cas par cas est en contradiction flagrante avec les principes affichés. Cela contredit  aussi  la nécessité de créer un rapport de forces réel pour gagner face à une institution universitaire qui joue pour le moins un rôle ambigu avec la préfecture dans la fabrique des sans-papiers. Pour l’AGEN, il est indispensable que la question des étudiants sans-papiers s’appuie sur la lutte des travailleurs sans-papiers en étant autonome des syndicats (par exemple par la création d’un collectif d’étudiants sans-papiers) et en sortant de la simple gestion des dossiers au cas par cas.

Repost 0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 12:24















Communiqué du CSP 59


10 MAI 2008, JOURNEE COMMEMORATIVE DE LA TRAITE ET L'ESCLAVAGE DES NOIRS,
CRIMES CONTRE L'HUMANITE :
LA MARCHE DE LILLE A PARIS DES CH'TIS SANS PAPIERS EST ACCUEILLIE PAR PRES DE 8.000 MANIFESTANTS SANS PAPIERS ET SOUTIENS !

Ils, elles sont arrivés dans la capitale après 22 étapes lors desquelles des collectifs d'accueil composés de CSP, des associations anti-racistes de droits de l'homme, des syndicats (CGT, FSU, SUD, CNT), de l'UCIJ, du Resf, de Maires, d'élus municipaux, d'étudiants, d'élèves et leurs organisations, de citoyens, des immigré(e)s réguliers.
En tête de manifestations les Ch'tis sans papiers coiffés de bonnets phrygiens suivis des CSP, associations et syndicats et en présence d'élus au parlement, de conseillers régionaux, départementaux et municipaux, la manifestation s'est rendue auprès de sans papiers en grève et occupant la Pizzaria du Bd des Italiens.
Après les discours des CSP, des responsables associatifs, un hommage a été rendu à feu Aimé CESAIRE par la lecture d'un extrait de son texte : Discours sur le colonialisme.

La marche du 19 avril au 10 mai 2008 des Ch'tis sans papiers a ainsi coïncidé avec le déclenchement des grèves avec occupations de sans papiers encadrées et organisées par la CGT dans les restaurats de la région parisienne.
Des rencontres ont été organisées entre les marcheurs et les grévistes sans papiers.
La France entière a vu fondre comme glace au soleil les décennies de mensonges présentant « les clandestins comme des délinquants, profiteurs, escrocs responsables du déficit de la Sécu, du chômage et de l'insécurité ». Les « clandestins », les sans papiers sont maintenant perçu comme ils, elles sont réellement : des travailleurs à statut d'illégaux qui participent à la richesse nationale.
L'audience accordée par le Médiateur a débouché sur un engagement de médiation entre le CSP59 et la Préfecture du nord et entre les CSP et l'Etat pour que toutes les Préfectures de France acceptent de recevoir les dossiers de demandes de réexamen de tous les syndicats, de toutes les associations et de tous les CSP.
Des créations de CSP, donc de sans papiers organisés en Collectifs de lutte pour la régularisation, sont annoncées suite à la marche des Ch'tis sans papiers.
La manifestation à l'arrivée de la marche par la présence et la participation des CSP, des associations, des syndicats et de simples citoyens, permet d'envisager un front uni de tous pour élargir la brèche ouverte, de massifier et d'unifier l'ensemble du mouvement des sans papiers et soutiens pour la régularisation.

Le CSP59 remercie tous les collectifs d'accueil à chaque étape de la marche des Ch'tis sans papiers grâce auxquels cette marche de Lille à Paris a été une formidable réussite.

Le CSP59 est heureux d'inviter tous les collectifs d'accueil de chaque étape à participer
 
le samedi 31 mai à 14h
au Nouveau Siècle à Lille, Salle Québec, 6 Place Mendés France, 59800, Lille, métro Rihour.
 
à la restitution d'une enquête quantitative et qualitative portant sur 'le devenir des anciens papiers'.
Cette investigation a été réalisée par un groupe d'enquêteurs sous la direction et la coordination du sociologue Saïd BOUAMAMA 

Grand bravo à tous pour la solidarité et la fraternité qui ont marqué cette marche des Ch'tis sans papiers. La lutte continue.

Fait à Lille le 11 mai 2008
 
                                                                                                                                                          
et, à suivre, quelques images et sons de la marche :
 
PHOTOGRAPHIES de la marche :
 
Les photos de la marche réalisées par Philippe Revelli sont en ligne sur son site : http://www.philipperevelli.com/
 
Reportage radio de France info :
 
à suivre le reportage sur l'arrivée à Paris des ch'tis marcheurs sans papiers
par Cécilia Arbora
diffusé sur France Info
http://www.france-info.com:80/spip.php?article133713&var_recherche=marche%20sans%20papiers%20&theme=9&sous_theme=44
 
 
Le Parisien : video / marcheurs sans papiers et intervention de Jacques Gaillot
 
http://www.leparisien.fr/home/info/vivremieux/articles/LA-MARCHE-DES-CH-TIS-SANS-PAPIERS-A-NANTERRE_298491445
Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 22:00

« 10 ans Après :1998-2008 »

 

Le CSP 92 Occupe depuis le  28 avril 2008 à 15 h,  l’Annexe de l’ Eglise ST PAUL  à Nanterre située sur l’Allée Jean Baptiste LAMARK, bd  Emile ZOLA.

 

                                                         APPEL

 

 

Le CSP 92, Collectif des sans papiers  des Hauts de Seine ,engagé dans la lutte des sans papiers depuis 1996 appel tous les sans papiers du 92 et d’ailleurs à le rejoindre dans cette action d’occupation avec les autres CSP présents (CSP 94, CSP 77, CSP 12) afin d’exiger la Régularisation Globale de Tous les sans papiers et l’arrêt immédiat de la machine de guerre qui écrase sur son chemin les familles , les enfants, les malades, les jeunes lycéens (nes), les jeunes majeurs isolés (es), les célibataires, les femmes en détresse, les demandeurs d’Asile et les étudiants (tes).

 

« Le CSP 92  exige la Régularisation de tous les sans papiers,  avec une carte de 10 ans en plaçant tous les sans papiers  sur un pied d’égalité en leur accordant le droit à une installation Durable, seule garante de l’égalité des droits sociaux avec les nationaux et les ressortissants communautaires. »

 

 

APPEL à Toutes et à Tous de venir soutenir l’action d’encrage du CSP 92.

Le CSP 92 appel TOUS les sans papiers à Sortir Massivement pour créer les conditions nécessaires à notre survie et de défendre notre existence ici en France.

«  ON VIT ICI !  ON BOSSE  ICI  ! ON RESTE ICI  »

NON ! Les SANS PAPIERS ne seront pas les nouveaux esclaves du 3e millénaire.

 

« ENSEMBLE, TOUT DEVIENT POSSIBLE ! »

« Monsieur le Président SARKOZY Régularisez Maintenant ! c’est aussi POSSIBLE » 

Nous  EXIGEONS du gouvernement :

 

·                                 La Régularisation Globale de TOUS LES SANS PAPIERS 

·                                 La libération des sans-papiers incarcérés pour défaut de papiers.

·                                 La fermeture des HONTEUX centres de rétention,

·                                 Une réelle abolition de la double peine,

·                                 Une véritable politique d’accueil des étrangers



                                             Venez nombreux.

Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 21:44
















APPEL COMMUN des organisations étudiantes de Nanterre accueillant la marche.

Le Collectif de Sans-Papiers du 59, qui se bat pour la régularisation des sans-papiers, organise une marche de protestation partant de Lille et arrivant à Paris le 10 mai. Le 9 mai,les marcheurs arrivent à Nanterre, notamment à l’occasion des 40 ans de mai 68. La jonction entre travailleurs et étudiants pour la résistance sociale, force de mai 68, est l’objectif de leur venue.
Aujourd’hui à l’Université de Nanterre, au moins 14 étudiants sont sous Obligation de Quitter le Territoire Français : ils peuvent être expulsés dès que la police les attrape. La préfecture a retiré leur titre de séjour sous prétexte d’un redoublement ou d’une réorientation. Certains, réfugiés politiques, attendent une réponse depuis des années.
On ne devient pas sans-papiers suite à un délit, c’est une situation administrative, qui rend les conditions de vie et d’études insupportables. Comment réussir ses études quand on craint l’expulsion à tout moment, qu’on ne peut pas, à l’égal des français, se salarier, avoir un compte, redoubler, se réorienter, accéder aux aides sociales?
L’université a sa responsabilité : elle met beaucoup d’embûches aux étudiants étrangers, souvent elle exige un titre de séjour pour inscrire l’étudiant, ce qui est illégal et pervers car c’est la carte d’étudiant qui est censée procurer un titre de séjour. La fac devrait soutenir
les étudiants par une lettre, et grâce au décret du 30 juin 1946 qui permet que l’administration de l’université enregistre une demande de titre de séjour et la
transmette à la préfecture. Cela éviterait les jours perdus à faire la file au guichet et les refus (illégaux) d’en registrer la demande, pratiqués par la préfecture du 92.
En avril 2008, plus de 800 travailleurs sans-papiers se sont mis en grève pour leur régularisation. Dès le début de la grève, le gouvernement a annoncé un examen des dossiers, cela montre qu’il est en difficultés face aux revendications des sans-papiers.
Face à la remontée des luttes, le gouvernement craint une grève de tous les sans-papiers, soutenue par une partie de la population, qui paralyserait une bonne part de l’activité économique en France.
On assiste à une véritable chasse à l’homme, des dizaines de sans-papiers sont morts ou blessés en tentant d’échapper à la police, comme Baba Traoré, mort noyé à Joinville. Au quotidien, les problèmes de logement, de soins, de nourriture s’ajoutent à la peur de
l’expulsion. Face au déni de leurs droits les plus élémentaires, on ne peut qu’exiger la régularisation de tous les sans-papiers. Pour nous, seule l’organisation et l’action collective des premiers concernés permettra d’obtenir leur régularisation. Il faudra des luttes menées
par les sans-papiers et ceux qui les soutiennent.
Depuis 2006, la lutte collective a payé dans plusieurs facs, lycées et entreprises. Pour obtenir la régularisation d’étudiants de Nanterre, il faut nous réunir et s’organiser : populariser les cas, organiser régulièrement des réunions et des permanences juridiques,
prévoir des manifestations à la préfecture comme celle du 9 mai,... Notre objectif est que la
préfecture régularise les étudiants et que l’université soutienne ses étudiants dans leurs démarches :

- Une carte d’étudiant = une carte de séjour
- L’université doit enregistrer les demandes de titres de séjour (conformément au
décret du 30 juin 1946)
- Arrêt de la traque et des expulsions
-Régularisation de tous les sans-papiers
 
Agissons ici et maintenant pour la régularisation de tous les sans-papiers !


Vendredi 9 mai
12 h Rassemblement (fac de Nanterre)
14 h Manifestation (vers la prefecture de Nanterre)
Repost 0
12 février 2008 2 12 /02 /février /2008 22:42
undefined















Ca y est, nous avons une date pour le procès de Kadidja : Vendredi 15 février au tribunal de Bobigny à partir de 13 heures.

Kadidja, habitante de Saint Denis et militante de l’association de chômeurs et précaires Apeis, risque jusqu’à 5 ans de prison et 18 000 euros d’amende ! Son crime ? Le délit de solidarité !

Elle est accusée d’entrave à la circulation d’un aéronef, pour s’être opposée à une expulsion.



Rappel des faits et signature de la pétition

Repost 0