Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 20:39

manif mao maroc

 

Depuis les indépendances conquises par les luttes, les guerres de libération nationale, les régimes bureaucratiques et dictatoriaux, à caractère fasciste se sont succédés au Maghreb.

 

Comment les luttes héroïques de libération nationale ont-elles pu se transformer en dictatures fascistes contre les peuples du Maghreb ?

 

Il est bon rappeler les paroles de Lénine qui déclarait au 2ème Congrès de l’Internationale Communiste : « Un certain rapprochement s’est fait entre la bourgeoisie des pays exploiteurs et celle des pays coloniaux, de telle sorte que très souvent et peut-être dans la majorité des cas, la bourgeoisie des pays opprimés tout en soutenant les mouvements nationaux, est en même temps d’accord avec la bourgeoisie impérialiste, c'est-à-dire qu’elle lutte avec celle-ci, contre les mouvements révolutionnaires »... « en tant que communistes nous ne devons soutenir les mouvements de libération des pays coloniaux que dans le cas où ces mouvements seront réellement révolutionnaires, où leurs représentants ne s’opposeront pas à ce que nous formions et organisons dans un esprit révolutionnaire la paysannerie et les larges masses d’exploités. Si ces conditions ne sont pas remplies, les communistes doivent lutter contre la bourgeoisie réformiste ».


La France a colonisé l’Algérie en  1830. La Tunisie devient protectorat français. En 1912, c’est le tour du Maroc. La lutte des peuples n’a pas cessé (Guerre du Rif, révoltes en Tunisie, Guerre de libération  nationale), tous ces mouvements ont été dirigés par la bourgeoisie nationale.

 

Aussitôt devenus indépendants, les dirigeants Bourguiba en Tunisie, Hassan II au Maroc, les militaires en Algérie ont exercé leur dictature, celle de la bourgeoisie. Celle-ci a été soutenue par les impérialistes, français qui dans les accords de paix ont négocié des contrats leur permettant de maintenir une partie importante de leurs intérêts. La répression s’est abattue sur les opposants et particulièrement sur les communistes. Bourguiba en Tunisie a fait assassiner des opposants, interdit pendant un temps le Parti Communiste et la centrale syndicale UGTT. En Algérie l’autogestion a été liquidée, les richesses accaparées par la clique dirigeante. Au Maroc, la dictature de fer d’Hassan II a liquidé et torturé les opposants et particulièrement le mouvement maoïste d’Ilal El Aman.

 

La misère n’a cessé d’augmenter, accompagnée d’une répression brutale contre les opposants, travailleurs, syndicalistes,  étudiants, lycéens, progressistes,  avocats, communistes, dans les trois pays du Maghreb, particulièrement contre le PCOT en Tunisie et les camarades maoïstes au Maroc.

 

Aujourd’hui les révoltes populaires s’amplifient, se généralisent en Tunisie et en Algérie, révoltes contre la vie chère, contre le chômage, le manque de logements, contre la répression fasciste, contre les dirigeants « chiens de garde » du système impérialiste et capitaliste.

 

Ce qui montre que la bourgeoisie nationale parvenue au pouvoir défend ses intérêts, dans le système impérialiste, le système capitaliste, dont elle fait partie.

 

On ne peut remplacer une aile de la bourgeoisie par une autre (laïque ou non), car elle ne mettra jamais en cause le système d’exploitation et d’oppression.

 

Seule la  lutte pour en  finir avec  le système peut résoudre cette question. 

 

Les conciliateurs sont un frein dans cette lutte. Seule la direction du prolétariat dirigeant le front uni du peuple (regroupant  travailleurs de la ville et de la campagne, étudiants, lycéens), organisant  la défense peut permettre de conduire à la victoire, c'est-à-dire au renversement de la bourgeoisie. 

 

VIVE LA LUTTE DES PEUPLES TUNISIEN, ALGERIEN, MAROCAIN CONTRE LA DICTATURE DU CAPITAL !

 

VIVE LA LUTTE DES PEUPLES CONTRE L’IMPERIALISME !

 

Site du PCmF

Partager cet article

Repost 0

commentaires