Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 21:53

r--sister-et-vaincre.jpg

 

 

Solidarité avec les lycéens !


Samedi, 16 Octobre 2010

Aujourd'hui, à Lyon, plus de 30 lycéens, et 3 étudiants, ont été arrêtés par la police.

À 10h, tous les lycéens grévistes avaient rendez-vous place Bellecour pour manifester.



La manifestation part spontanément rue de la République, où l'on assiste à un déchainement policier : gazs lacrymogènes, coups de matraques, tirs de flashball.

Hier, un lycéen de Montreuil a failli perdre son oeil suite à un tir tendu de flashball en pleine tête.

Et l'on voudrait nous faire croire que la violence vient de quelques incendies de poubelle devant les lycées ? La violence au quotidien, c'est celle de l'exploitation, celle de la crainte face à une société sans avenir, celle de l'effroi face à des politiques toujours plus immondes, racistes et réactionnaires !



Dans le même temps, 4 dépôts pétroliers en grève sont débloqués de force par les gendarmes mobiles. Alors que la colère sociale contre la réforme des retraites, la répression, le racisme d'État et la chasse aux pauvres ne fait que s'amplifier et se massifier, la seule réponse du pouvoir, c'est la matraque.



Dans les médias, nous pouvons entendre que les lycéens sont manipulés : serait-ce prendre les jeunes pour des abrutis ? Ne peuvent-ils pas comprendre le tournant que prend la société française, n'ont-ils pas conscience que l'entreprise de démolition du gouvernement doit être enrayée ? Les lycéens s'organisent d'eux-mêmes en AG dans leurs bahuts, leur quartier, dans une lutte qui est commune à la jeunesse et aux travailleurs. Nous exigeons le retrait immédiat et total de la réforme des retraites, ainsi que des lois liberticides et racistes !



Ces journées d'octobre à Lyon ne sont qu'une illustration locale d'un vaste plan d'austérité imposé aux travailleurs d'Europe. En Espagne, en Grèce, au Portugal, c'est aux travailleurs que l'ont veut faire payer la crise du capitalisme. Aujourd'hui, en France, la réforme des retraites n'est que la première pierre d'un plan d'austérité qui s'attaquera demain à la Sécurité Sociale et aux chômeurs.



Nous, organisation étudiante, nous réaffirmons que seule la jonction des luttes entre jeunes et travailleurs peut faire plier ce gouvernement répressif et corrompu. Nous, militants et étudiants, n'irons pas « pacifier » les manifestations lycéennes, mais nous seront présents pour apporter notre aide, notre organisation et notre énergie face aux arrestations. Nous appelons les travailleurs et leurs organisations à une solidarité active avec les lycéens face à la répression. Et nous invitons les lycéens à exiger avec nous le retrait pur et simple, sans négociation, de cette réforme – contrairement à l' « intersyndicale nationale », qui offre une porte de sortie au gouvernement en demandant des « négociations » bidons.



Dans les lycées, les facs, les usines ou les bureaux, notre détermination à faire entendre nos voix viendra à bout de la répression.

Intensifions le rapport de force, soyons toujours plus nombreux en assemblées générales, en manifestations, sur les piquets de grève, occupons les lieux de travail, de savoir, la rue, car nous voilà arrivés à un durcissement de la mobilisation, et ce n'est pas le moment de lâcher !

La solidarité est une arme !

Liberté pour tous les arrêté-e-s, relaxe pour tous les inculpé-e-s !

 

http://fse.lyon.free.fr/spip/

Partager cet article

Repost 0

commentaires