Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 20:58

PRISONNIERS POLITIQUES MAROC MLM

 

Traduction par nos soins (AGEN)

 

 

UNEM (Université El Kadi Iaad) le 31 Octobre 2010.

 

 

RAPPORT SUR L’ANNEE UNIVERSIRAIRE 2010/2011 A L’UNIVERSITE DE  

 

                                                        MARRAKECH

 

 

L’actuelle rentrée universitaire au Maroc a connu une offensive sans précédent dirigée par le régime réactionnaire contre le droit à l’éducation des fils et des filles des masses populaires.

Plus particulièrement, le projet de classe dénommé « plan d’urgence », dont quelques articles ont été appliqués dans plusieurs universités privera des milliers d’étudiants de leur droit à l’éducation.

En effet, ce funeste plan va remettre en cause les services sociaux et les acquis dont ont pu bénéficier les masses étudiantes après de lourds sacrifices (dont des martyrs et des emprisonnés) consentis à travers les luttes menées par leur organisation militante de l’UNEM.


Toutefois, dés l’ouverture de l’actuelle rentrée universitaire, le site d’El Kadi Iaad connaitra une attaque des plus sanguinaires et sera encerclé dés la première semaine en vue de terroriser les étudiants et les contraindre à l’abandon  de leurs luttes. Mais, en vain ! Les militants de  l’UNEM entourés par les masses étudiantes vont réussir à arracher de nouveaux acquis politiques et syndicaux.

 

Nous en citerons quelques uns :

 

-Droit d’inscription à l’université  pour tous les candidats ayant obtenu le bac entre 1984 et 2010 sous la seule réserve de ne pas avoir été inscrit plus de deux fois à ce concours;

-Possibilité de s’inscrire à l’université jusqu’au 26 Septembre 2010 (au lieu du 2 Septembre) ;

-Inscription de la majorité des étudiants exclus de la fac de droit (240 sur un total de 280) ;

-Inscription des étudiants qui ont passé plus de 6 ans à la fac de droit ou à la fac des lettres (les cartouchards) ;

-Inscription de tous les étudiants qui ont occupé la fac des lettres afin de proroger les délais d’inscription ;

- L’acceptation des demandes d’équivalence d’U.V ;

-L’acceptation, sans conditions, des inscriptions pour les employés (à la fac de droit et celle des lettres).

 

Brièvement, voilà ce que nous avons gagné sur le site de Marrakech.  


Mais, au même moment la cité universitaire va connaître une nouvelle attaque massive concrétisée par l’application de la « clause sélective » (admission à la cité universitaire pour les seuls bacheliers ayant obtenu une mention bien) et visant à priver de larges catégories d’étudiants de leur droit au logement ; mais aussi par la présence permanente d’une police privée.


Face à ces attaques, l’UNEM n’est pas restée inactive et a mené la lutte pour imposer la souveraineté des étudiants et la gratuité du logement à la cité universitaire.

 

 

 

 

 

C’est en réaction à ces luttes que débuterons les provocations, les harcèlements et les chasses

« hollywoodiennes » contre les militants afin de les dissuader de se lier aux masses étudiantes. En vain, puisque les étudiants résisteront en occupant la cité universitaire le vendredi 8 octobre 2010 afin d’imposer leur droit au logement.  A cet effet et sous l’impulsion de l’UNEM, un comité élu procèdera au logement des étudiants malgré un encerclement total de la cité. Dés le 9 octobre 2010, l’offensive sanguinaire décidée par le régime réactionnaire visera à créer un climat de terreur et se soldera par des blessés graves et l’arrestation d’une dizaine d’étudiants qui seront relâchés après avoir été torturés par la police politique. C’est aussi à cette date que débuteront les opérations de rapt des militants dont ont été victimes les camarades Youssef El Hamdia (enlevé le 10 octobre 2010 à son domicile à Marrakech) et Ilhem El Hassnouni (enlevée le mardi 12 octobre 20 de sa maison familiale située à Essaouira).


Face à cette attaque dirigée, avant tout, contre les militants de la voix démocratique basiste (qui représente le cœur palpitant du mouvement étudiant) les militants ne resteront pas les mains  croisées. Au contraire, en s’appuyant sur les masses étudiantes, ils entreprendront la lutte sous les mots d’ordre suivants : « pour la libération de tous les prisonniers politiques » et « stop à la militarisation de l’université ».


 En outre, ils dirigeront les affrontements violents contre les « nouvelles armées d’Attila », ce qui se soldera par une victoire éclatante obligeant les troupes d’occupation à se retirer de la cité universitaire. Mais, le mouvement étudiant comptera, aussi, 5 nouveaux prisonniers politiques arrêtés le 18 octobre 2010 ; ce qui élève le nombre des pertes à un total de 9 militants depuis le début de l’année universitaire. Or, à ce jour, le mouvement n’a pas cessé. Au contraire, les masses étudiantes continuent de lutter  pour imposer leur pouvoir à l’intérieur de la cité universitaire en organisant des manifestations quotidiennes contre les arrestations politiques ou en créant des comités (comite  de soutien aux prisonniers politiques,  comité de la femme, un comité de vigilance…).

 

En conclusion nous lançons un appel à l’ensemble des sites universitaires afin qu’ils publient des rapports similaires sur la situation de cette nouvelle année universitaire 2010/2011. En effet, c’est seulement en établissant un état des lieux circonstancié de l’ensemble des universités que l’on pourra dégager ensemble des perspectives de lutte unitaire contre le plan de classe qui vise à priver les fils et les filles des masses populaires de leurs droits.   

 

 

VIVE L’UNEM, ORGANISATION DE MASSE DEMOCRATIQUE, PROGRESSISTE ET AUTONOME !

Partager cet article

Repost 0

commentaires