Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 23:18

 

logo---guerilla.gif

 

Vive la solidarité internationale des peuples !

 

 

Nous avons l’honneur de préparer la venue en France, pour novembre 2010, d’une délégation philippine qui vient évoquer la situation des droits humains (disparitions, meurtres, tortures) dans le cadre de la lutte anti-insurrectionnelle mené par l’Etat philippin contre le mouvement communiste. Cette initiative s’inscrit dans la volonté de faire connaître et de soutenir les guerres populaires pour le communisme en cours en Asie. Une réalité souvent méconnue parce qu’elle est occultée.

 

Il y a bien, en effet, un étalage complaisant dans les médias dominants de la « guerre antiterroriste ». Mais quasi-uniquement sous la forme de la croisade anti-islamiste. L’idéologie religieuse rétrograde sert ainsi de repoussoir. Comment mieux conjurer tout risque de solidarité avec des pays exsangues et des peuples martyrs placés sur la ligne de front de l’impérialisme ? Comment s’étonner dès lors que les chiens de garde du capitalisme passent sous silence les résistances à l’impérialisme, mais qui se lèvent cette fois au nom de l’émancipation sociale ?

 

Pour preuve : qui a entendu parler des campagnes d’encerclement et d’anéantissement menées contre les révolutionnaires en Inde ou aux Philippines ? Même la prétendue « gauche radicale » française n’en pipe mot. La raison est simple : les communistes qui mènent le combat en Asie diffusent obstinément l’idée et la pratique que les plus opprimés peuvent se battre les armes à la main pour leur émancipation. Cela déplaît fatalement à ceux pour qui ont vidé le mot « révolution » de sa substance en le transformant en diner de gala électoral.

 

Aujourd’hui, le drapeau communiste est relevé par des partis maoïstes. Après des centaines d’années de pillage, de colonialisme, d’invasion, d’occupation militaire et d’oppressions de toutes sortes, les opprimés peuvent, à travers une guerre populaire prolongée, prendre le pouvoir, renverser les despotes locaux et le capitalisme bureaucratique qui les exploite. Une perspective qui enthousiasme des millions de damnés de la terre en Asie.


 

La guerre du peuple est invincible!

 

L’impérialisme américain se déchaîne actuellement dans ce qu’il considère comme ses zones d’influence réservées : Afghanistan, Irak, Colombie, Pérou et Honduras : ces pays sont dans les griffes de la bête. On connaît beaucoup moins ici en Europe, l’intérêt stratégique que revêtent les Philippines, en termes de contrôle militaire et de contre-insurrection mis en place par la puissance étatsunienne et ses pantins locaux.

 

Depuis plusieurs dizaines d’années une guerre révolutionnaire est menée par des forces communistes dans ce pays. Ang Bayan, l'organe du Parti Communiste des Philippines (CPP) a annoncé en 2010 que la guerre du Peuple aux Philippines allait passer en 5 ans de l'étape de la défensive stratégique à celle de l'équilibre stratégique.

 

Nous présentons très brièvement ici la conception générale défendue par les révolutionnaires philippins. La révolution en cours aux Philippines, pays opprimé de 100 millions d’âmes, est une révolution nationale-démocratique autrement dit une révolution de démocratie nouvelle. La révolution de démocratie nouvelle est dirigée contre l'impérialisme, le féodalisme et le capitalisme bureaucratique. Elle est menée depuis 40 ans par le CPP (Parti Communiste des Philippines-maoïste) et sa NPA (Nouvelle Armée du Peuple). Le processus révolutionnaire est ininterrompu, la révolution de nouvelle démocratie sera suivie par la révolution socialiste. Les Philippines sont une semi-colonie américaine, sous indépendance formelle depuis 1945. La classe dirigeante est compradorisée, c'est-à-dire au service de l’impérialisme. C’est un pays semi-colonial et semi-féodal qui, indépendamment de la crise générale du capitalisme, connaît une crise chronique. Le salaire moyen suffit à peine à survivre, des millions de paysans sont sans terre, les conditions de vie sont misérables, les campagnes sont militarisées pour empêcher les révoltes, l’analphabétisme est très étendu et la politique d’exportation de la main-d’œuvre aboutit à vider le pays de ses forces vives. Bref, l’immense majorité de la population a intérêt à une révolution sociale. La priorité de la révolution, dans un pays où 75% des masses populaires sont paysannes ou pêcheurs, c’est la réforme agraire. Le Parti communiste insiste aussi sur la nécessité de mener un travail de masse y compris électoral, un travail combiné avec des offensives militaires tactiques. La Nouvelle Armée Populaire est d’ailleurs présente dans 800 cantons sur 1200 ce qui explique que l’administration US du « prix Nobel de la Paix » Obama renforce sa collaboration militaire avec Manille dans un plan de contre-insurrection. La guerre populaire aux Philippines est avec celle des naxalites en Inde et avec les mouvements de masse au Népal, un des feux révolutionnaires qui embrase actuellement l’Asie du Sud-est. Elle enseigne surtout que la guerre du peuple est invincible et que les communistes authentiques peuvent aujourd’hui remporter de grandes victoires.

 


 

MEETING SUR LA SITUATION POLITIQUE AUX PHILIPPINES

 

 

 

Lundi 22 novembre 19h30 au CICP Paris (info)


Mardi 23 Novembre 12h00 université de Nanterre (info)


Mardi 23 Novembre 19h00 université de Lyon 2 (info)


Mercredi 24 Novembre 19h30 université Toulouse 2 (Le Mirail) info


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires