Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 13:52

 

 

Association Générale des Etudiants de Nanterre

 



PALESTINE : LE DROIT A LA RESISTANCE

 



Conférence-Débat avec Adel Samara, économiste palestinien vivant à Ramallah

Mardi 24 novembre 2009 à 12h-Université de Nanterre-Amphi B2

 


Gaza, il y a un an. Une nouvelle pluie de feu, de fer et de sang s’abattait sur la « prison à ciel ouvert » du Proche-Orient. Femmes, enfants, hommes, vieillards étaient fauchés, ensevelis, massacrés. Déjà, lors de la première Intifada, en 1987, la soldatesque sioniste « cassait les os des bras des enfants » sous les recommandations du criminel de guerre Yitzhak Rabin. En 2009, dans le nouveau contexte de la « guerre contre le terrorisme », c’est tout un peuple que l’on a brûlé sous un déluge de bombes au phosphore. Un pas de plus dans la barbarie ? Bien sûr, mais on l’oublie trop vite, depuis le début du sionisme, le martyr palestinien n’a pas connu un jour de répit.


Avec quelle réaction internationale ? Les médias européens, acquis à la cause coloniale, s’abstiennent de montrer les victimes. Pire encore, les massacres et la colonisation continue ont lieu avec la bénédiction des « démocraties occidentales », c’est-à-dire de l’impérialisme mondial (USA mais aussi France en tête). Le mouvement de solidarité international est diabolisé, on prétend lui clouer le bec avec l’accusation infamante d’antisémitisme. Pourtant, de l’Argentine à la Russie, du Venezuela au Maroc, les masses populaires soutiennent le Peuple palestinien. De leur côté, les peuples du Proche-Orient, du Liban à l’Iran sont régulièrement attaqués. Mais on trouve toujours des excuses à l’agresseur avec l’éternel alibi de la réparation des crimes européens commis durant la seconde guerre mondiale. Bref, L’Etat colonial d’Israël a les mains libres dans la réalisation de ces buts de guerre bien connus : détruire ce qui reste de la Palestine historique, briser le moral d’un peuple héroïque, éradiquer sa résistance. Cette tâche est d’ailleurs grandement facilitée depuis que les accords de Madrid et d’Oslo, ont mis en place la mal nommée « Autorité Palestinienne » pour collaborer avec l’occupant en échange de la gestion de bantoustans comme ceux de l’Afrique du Sud de l’Apartheid. Malgré tous ces déboires, le Peuple Palestinien n’a jamais abdiqué et réclame toujours le droit au retour dans sa patrie et le droit à l’autodétermination.


Un aperçu historique s’impose donc pour comprendre la situation et organiser la solidarité. Notre conférence sera utile pour comprendre les racines de la spoliation et l’histoire de la lutte des Palestiniens. Utile aussi pour comprendre la nature de l’entreprise coloniale sioniste, en premier lieu, le rôle joué par Israël comme gendarme des impérialismes occidentaux. Ajoutons que ce gendarme est épaulé dans ses basses œuvres par les classes dirigeantes arabes.


La lutte contre le colonialisme est une cause universelle et non un combat ethnique ou religieux. Plus qu’un soutien, ce que nous défendons, c’est une lutte commune au côté de peuples opprimés. C’est pourquoi nous invitons Adel Samara, économiste palestinien et révolutionnaire convaincu, qui vient de Palestine occupée pour débattre avec les étudiants et tous les membres de l’université de Nanterre.


Partager cet article

Repost 0

commentaires