Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 20:31

libertad.jpg

 

Titre : Les dernières colonies françaises : Le droit à l’autodétermination !

 

Ou bien : Antilles, Kanaky, Réunion: les colonies françaises luttent toujours pour leur liberté !

 

« GWADLOUPÉYEN, A les écouter, NOU les ultramarins, les ultrapériphériques, les colonisés brusqueent devenus français à part entière, serions encore une nouvelle fois la chance de la République Française. C’est bien vrai car la grandeur et la richesse de la France se sont construites et durent grâce à la colonisation et à l’esclavage. »

Communiqué du LKP à propos des élections présidentielles en France, 22 avril 2012.

DLOUPÉYEN

Etats des lieux :

 

Les nombreuses luttes menées ces dernières années contre la vie chère, le chômage et la domination des « blancs » dans les « DOM-TOM » se sont soldées par des répressions sans précédent. Répressions qui ne sont quasiment pas relayées dans la presse. Depuis la lutte héroïque du LKP en Guadeloupe en 2009, on assiste au redéveloppement de mouvements intenses aux Antilles, à la Réunion, en Guyane, à Mayotte et en Kanaky. Et pour cause : la situation sociale est explosive. Quelle est la réaction des partis politique face à cette situation ? On pourrait croire quelle est nulle mais en ne dénonçant pas la répression et la situation sociale, ces partis se rendent complice et sont donc responsables. D’ailleurs, sur la question des « DOM-TOM », on note un consensus national des partis droite-gauche, comme à l’époque de la république de Ferry, concernant le sort réservé à ces populations. Quel parti politique a osé dénoncer la domination coloniale qui est à l’origine de la crise sociale que vivent ces peuples ?

 

En Guadeloupe l'autorité de la concurrence révèle que « les écarts de prix en magasin avec la métropole dépassaient 55 % pour plus de la moitié des produits, un pourcentage trop élevé pour trouver exclusivement sa source dans les frais de transport et l'octroi de mer » (2009). Pour les prix des carburants ils ont bondi de 77% entre 2001 et 2008 à la Réunion et de 44%  en Guadeloupe. La distribution du carburant étant assuré par le seul monopole SARA (filiale de Total) qui prélève des marges hautement supérieur à ceux de métropole (source: site de l’UGTG) et qui fixe les prix en accord avec les préfets.Des prix supérieurs alors même que la moitié des ménages des départements d’outre-mer ont un revenu mensuel par personne inférieur à 796 euros, contre 1 281 euros en métropole (revenu médian). Un écart de 60 % (source: observatoire des inégalités). A la Réunion, 52% des ménages vivent sous le seuil de pauvreté. Dans l’ensemble de ses territoires, le taux de chômage des jeunes dépassent les 50%.

 

Ainsi en 2009, le peuple de Guadeloupe a ouvert la voix par une grève générale de 44 jours menée par le LKP et l'UGTG. Arrachant une centaine de revendications qui n'ont pour la plus-part pas été respecté par les autorités. Mouvement rejoint par les Martiniquais et les Réunionnais. Fin 2011, c'est cette fois-ci à Mayotte qu'éclate une grève générale de 43 jours, permettant d'obtenir une diminution des prix des ailes de poulets (Mabawas) et des sardines. A la réunion à la suite d'une manifestation début 2012 se sont succédés plusieurs nuits d'émeutes, les jeunes exacerbés par le chômage et la vie chère s'en sont pris aux commerces et aux grandes surfaces. Dans cette région le chômage qui atteint 30 % n’a de cesse d’augmenter. En Nouvelle Calédonie, les dures luttes sociales menées par l'USTKE (notamment à air Calédonie) ont eu comme seule réponse l’utilisation de la baïonnette : arrestations et emprisonnements de plusieurs militants syndicaux en grève...

 

 

Pourquoi l’Etat français tient-il tant à ces territoires ?

 

Il suffit de voir la configuration de chaque île pour se rendre compte de l’immense intérêt qu’a la France de détenir ces territoires. D’abord d’un point de vue géostratégique : la France est le seul pays impérialiste à avoir des territoires partout dans le monde ! Antilles et Guyane en Amérique,  Kanaky dans le Pacifique, Mayotte et la Réunion  dans l’océan Indien. De plus, les ressources existantes comme le zinc en Kanaky, le bois en Guyane , la pêche, le pétrole… constituent tant de richesses gratuites pour l’Etat français qu’on comprend l’acharnement pour garder ces territoires et les zones maritimes qui s’y rattachent. Contrairement aux idées véhiculées l’Etat français gagne beaucoup plus à gagner ces territoires que ces populations gagnent à être Français.

 

 

« Ici la lutte de classes s’exprime dans un contexte de domination coloniale » 

Gaby Clavier, ancien dirigeant de l’UGTG.

 

La possession et la domination de l'économie par les Békés, les Zorey, les Caldoches  (noms pour désigner les blancs descendants d'européens) est toujours d'une réalité criante. La question de la « Pwofitation » mérite donc d'être posée ici au cœur de la métropole impérialiste. Comme le souligne Elie Domota dans une interview, la question de la domination coloniale doit être posée car elle est bien le cœur de l’injustice : « Quel que soit le territoire, les départements d’outre-mer restent des colonies gérées comme à l’époque des plantations. En Guadeloupe, le commerce et la distribution sont détenus par trois ou quatre grandes familles. C’est le même cas de figure à Mayotte. Au sommet de la pyramide, vous avez des personnes d’origine européenne et en bas de l’échelle sociale les Mahorais. Il y a aussi un réel mal-être. La paix sociale ne peut pas exister si 30 % des jeunes sont au chômage. »  extrait de :L’explosion était inévitable à Mayotte, nov 2011.

 

Dans les années 1950-1980, alors que les peuples colonisés obtenaient leurs indépendances, les Antilles, la Polynésie, la Réunion et la Kanaky étaient maintenues sous domination et administration directe. Cette colonisation parait « normale » et personne ne s’indigne de cette anomalie. Ces territoires sont « logiquement » considérés comme français pour la majorité des français. Par le biais d’artifices juridiques, la France impérialiste tente de faire croire qu’elle n’a plus de colonies. Mais les luttes des peuples pour leur libération nationale et sociale prouvent le contraire. Face à la pauvreté, 1 Antillais sur 3 rejoint la métropole. Dans l’autre sens de nombreux métropolitains ses sont installés comme cadres surpayés dotés de primes et de privilèges divers. Les fonctionnaires métropolitains qui rejoignent les territoires « d’outre-mer » voient leurs salaires augmenter de 40% !  C’est le résultat d’une politique délibérée née dans les années 1960 qui a permis de renforcer le mythe de la France « mère-patrie » et ainsi renforcer l’aliénation culturelle des peuples antillais. Comme nous l’évoquions plus haut un consensus « républicain » réunit tous les partis politiques autour du vieux discours colonialiste du 19e siècle : « la France a beaucoup apporté à ces peuples » ou alors « L’atout que représente pour la France cette présence aux quatre coins du monde ». C’est effectivement une des spécificités de l’impérialisme français. Il est l’un des seuls pays impérialistes à détenir encore des colonies un peu partout dans le monde. La question qui se pose pour l’impérialisme français n’est pas de savoir ce que souhaitent ces peuples (autonomie ou indépendance) puisque toutes les luttes sociales ou indépendantistes ont été matées dans le sang. Par contre, l’intérêt se porte sur les éventuelles menaces stratégiques qui pèsent sur son déploiement mondial et s’il perd du terrain au profit des autres puissances impérialistes.  Et lorsqu’un conflit social explose comme c’est le cas à la Réunion actuellement, on voit bien que tout le camouflage sur la prétendue appartenance légitime de ces territoires à la France vole en éclats et la question de la domination coloniale est remise à l’ordre du jour.

En tant que mouvement anti-impérilaiste, nous devons dénoncer le rôle de notre propre impérialisme et populariser les luttes actuelles en les reliant à l’histoire de ces peuples qui ne manquent pas de luttes héroïques. Louis Delgres, Frantz Fanon, Marcel Manville, OJAM, AGEG, AGEM, ARC, USTKE, PKLS… sont tant de noms de personnes ou d’organisations politiques qui marquent l’esprit de résistance et de lutte de ces peuples.

Nous souhaitons leur laissé la parole lors du meeting du …….

 

 Nou Toujou Doubou !   Konstitition se papye, Bajonet se fe !

 

« Le capitalisme conduit inexorablement à la barbarie » Elie Domota

 

 « Un peuple qui en opprime un autre ne serait être libre. » Marx

 

Blog du comité anti-impérialiste

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires