Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 16:58

Ilmem hassmouni

 

ILHAM LHASNOUNI

 

 

 

 

 

youssef El Hamdia

 

YOUSSEF EL HAMDIA

 

 

Photo des deux camarades deux jours avant leur arrestation.

 

 

 

TRADUCTION PAR NOS SOINS  (AGEN)

 

 

 

 

 

 

Avec l’approfondissement de la crise générale de l’impérialisme un certain nombre de pays impérialistes ont été le théâtre de grandes rebellions dirigées contre les attaques qui remettaient en cause les acquis de la classe ouvrière .Ce qui s’est passé ces derniers mois en Angleterre ou en France en constituent des exemples éloquents.


Ces attaques impérialistes ont aussi touché d’autres peuples à travers des plans et des politiques qui visent le repartage du monde .Or, dans ce contexte les peuples ont, aussi, leur mot à dire. Ceci est illustre par le déclenchement des Guerres Populaires au Népal, au Pérou, au Philippine, ou en Inde… ; même si dans ce dernier pays la Guerre Populaire connaît une vague d’encerclement et des tentatives d’anéantissement dirigés par le régime réactionnaire indien et appuie par les impérialistes.


Dans notre pays, face à l’aiguisement de la lutte de classe, les attaques du régime réactionnaire marocain contre la vie des masses populaires prend la forme de multiples plans qui visent la privatisation de tous les secteurs vitaux du pays (plan d’urgence…) et les lois qui les accompagnent (loi sur les partis politiques, sur le droit de grève, sur la presse, loi anti dite anti- terroriste..) visent, quant à elles, à réduire davantage les libertés politiques et syndicales.


Ceci est illustré par la répression des dernières luttes populaires qui ont eu lieu dans les villages d’Ikli et d’Ourika où des maisons furent détruites sans aucune indemnisation des habitants.

Quant au mouvement étudiant, il constitue, incontestablement, une partie dynamique du mouvement de masse .Ce qui est démontré par les nombreuses  luttes initiées contre « Le plan d’urgence triennal » (notamment à Marrakech, Agadir, Fés, Kenitra, Tanger…) ;  et où le mouvement étudiant donnera ses meilleurs militants et militantes, emprisonnés pour avoir défendu le droit à une éducation gratuite pour les fils et les filles du peuple. Rien que depuis 2008, les arrestations se comptent par dizaines, ce qui a obligé le mouvement étudiant à unifier ses luttes face aux attaques du régime réactionnaire. Cette dynamique d’unité s’est conclue par le « projet d’unité du mouvement étudiant » proposé pendant les journées du martyr Abderrazak Elkadiri, qui se sont déroulées à Marrakech. Désormais, à l’avant-garde des luttes étudiantes, le bastion de Marrakech connaitra cette année une attaque sans précédent. Le campus sera ainsi encerclé dés la première semaine de la rentrée universitaire, les filatures, poursuites et autres rapts de militants sont quasi quotidiens.


L’arrestation de 10 étudiants samedi dernier après l’intervention surprise des forces répressives dans la cité universitaire débouchera sur leur torture pendant toute une nuit avant qu’ils ne soient relâchés. Le rapt par la DST du camarade Youssef el Hamdia chez lui représente un nouveau pas dans l’escalade répressive. En effet, les services de sécurité (DST) encercleront son foyer et y pénètreront en menaçant ses parents de leurs armes avant de l’arrêter et de l’emprisonner. Les mêmes procédés furent utilisés dans le rapt de la camarade Ilhem Hassnouni le mardi 12 octobre 2010 dans la ville de Souira. Cette camarade était recherchée pour sa participation aux luttes du 24 avril et des 14 et 15 Mai 2008 et elle fut exclue de l’université où elle était inscrite en Master.

 

En réalité, ces rapts et ces arrestations constituent un jalon  supplémentaire dans l’attaque globale contre le secteur de l’éducation. Plus particulièrement, elles constituent une attaque frontale contre les initiateurs du « projet d’unité du mouvement étudiant » et contre les avancées militantes qu’a connu le bastion de Marrakech dans sa défense sans faille du droit à une éducation gratuite ; et ce à travers l’unité du mouvement et la lutte pour une éducation populaire et scientifique.

En définitive, cette situation dicte aux militants du mouvement étudiant de se préparer à de nouvelles attaques et les obligent à approfondir la lutte contre le « plan d’urgence triennal ».

 

Enfin, nous déclarons à l’opinion publique nationale et internationale ce qui suit :

 

Nous réaffirmons,

 

---  Notre attachement :       - à l’idéologie Marxiste Léniniste Maoïste.

                                          -Au «  programme intermédiaire »comme seule réponse   scientifique   à la réalité du mouvement étudiant.  


                                  

 

---  Notre soutien :              - Aux luttes des masses populaires

                                           - A tous les détenus politiques.


 

---   Nous condamnons :       -Les arrestations et les rapts à l’encontre de nos camarades.

                                             -Les procès iniques contre les prisonniers politiques.

                                             -La  militarisation de l’université.                     .

 

 

Lien

Partager cet article

Repost 0

commentaires