Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 21:22

libertad.jpg

 

Pour information nous mettons en ligne un article d'un journal italien "Il manifesto". Cet article permet de rétablir une vérité historique et de mettre en avant le jeu des impérialistes. Impérialistes qui sous la pression des masses doivent "lacher" leur laquais Khadafi tout en tentant de préserver leur main mise sur le pays. AGEN

 

LIBYE : Quand flottent sur les places les drapeaux du roi Idris. Où la mémoire historique est annulée...  Manlio Dinucci - Il manifesto 27/02/11  


Benghazi conquise, les insurgés ont amené le drapeau vert de la République libyenne, et hissé le pavillon rouge, noir et vert, avec le croissant et l’étoile : le drapeau  monarchique du roi Idris.  Le même que celui qu’ont hissé les manifestants (y compris ceux de Pd et Rifondazione comunista) sur le portail de l’ambassade libyenne à Rome, au cri de « Voici le drapeau de la Libye démocratique, celle du roi Idris ». Un acte symbolique, riche d’histoire et d’actualité brûlante... Auparavant émir de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine, Sidi Muhammad Idris al-Mahdi al-Senoussi fut mis sur le trône de Libye par les Anglais, quand le pays, colonie italienne depuis 1911, obtint son indépendance en 1951. La Libye devenait une monarchie fédérale, dans laquelle le roi Idris exerçait la fonction de chef d’Etat, avec droit de la transmettre à ses héritiers. C’était toujours le souverain qui nommait le premier ministre, le conseil des ministres et la moitié des membres du sénat qui avaient le droit de dissoudre la chambre des députés... Sur la base d‘un traité vingtennal  d’« amitié et alliance » avec la Grande-Bretagne, en 1953, le roi Idris concéda aux Anglais, en échange d’une assistance militaire et financière, l’utilisation de bases aériennes, navales et terrestres en Cyrénaïque et Tripolitaine. Un accord analogue fut conclu en 1954 avec les Etats-Unis, qui obtinrent l’utilisation de la base aérienne de Wheelus Field aux portes de Tripoli. Elle devint la principale base aérienne états-unienne en Méditerranée. Etats-Unis et Grande-Bretagne disposaient en outre, en Libye, de polygones de tir pour l’aviation militaire. Avec l’Italie, le roi Idris conclut en 1956 un accord qui non seulement la disculpait de tous les dommages causés à la Libye, mais permettait à la communauté italienne en Tripolitaine de garder pratiquement intact son patrimoine... La Libye devint encore plus importante pour les Etats-Unis et la Grande-Bretagne quand, à la fin des années 50, la compagnie états-unienne Esso (Exxon Mobil) confirma l’existence de grands gisements pétrolifères et que d’autres furent découverts tout de suite après. Les plus grandes compagnies, comme l’états-unienne Esso et la britannique British Petroleum, obtinrent d’avantageuses concessions qui leur assuraient le contrôle et le gros des profits du pétrole libyen. L’italienne Eni, à travers Agip, obtint aussi deux concessions. Pour mieux contrôler les gisements, la forme fédérale de gouvernement fut abolie en 1963, en éliminant les régions historiques de Cyrénaïque, Tripolitaine et Fezzan...  Les protestations des nationalistes libyens, qui accusaient le roi Idris de brader le pays, furent étouffées par la répression policière. Mais la rébellion allait croissant, surtout dans les formes armées. Cela déboucha sur un coup d’Etat -dont le principal artisan fut le capitaine Muamar Kadhafi- opéré sans effusion de sang en 1969 par seulement cinquante officiers, qui s’étaient dénommés « officiers libres » sur le modèle nassérien. La monarchie abolie, la République arabe libyenne obligea les forces états-uniennes et britanniques à évacuer les bases militaires et, l’année suivante, nationalisa les propriétés de British Petroleum, et obligea les autres compagnies à verser à l’Etat libyen des quotas beaucoup plus hauts de leurs profits

.

 La propagande de 1911 : Le drapeau de roi Idris, qui flotte à nouveau dans la guerre civile en Libye, est la bannière de ceux qui, en instrumentalisant la lutte de ceux qui se battent authentiquement pour la démocratie contre le régime de Kadhafi, entendent ramener la Libye sous la coupe des puissances qui la dominèrent à une autre époque. Celles qui, chapeautées par les Etats-Unis, se préparent à débarquer en Libye sous le paravent du « peacekeeping » (maintien de la paix… NdT). En attendant, de concert avec le Pentagone, le ministre La Russa annonce que partiront de la base de Sigonella des avions militaires, dirigés vers la Libye pour des « objectifs exclusivement humanitaires ». Cette même « intervention humanitaire » que demandent les pacifistes de l’ « appel urgent »[1], et ceux qui déploient le drapeau du roi Idris, oublieux de l’histoire. Ils devraient se souvenir qu’il y a un siècle, en 1911, l’occupation de la Libye, préparée par une propagande martelée, fut soutenue par la majorité de l’opinion publique, alors que dans les cafés-concerts on chantait « Tripoli, belle terre d’amour, que vole à toi ma chanson !”  Les temps et les tons changent, mais reste la rime : « au grondement du canon »[2].

 

 [1] http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20110224/pagina/03/pezzo/297915/

 [2] On peut rappeler le mot à mot de la chanson évoquée ici par l’auteur. Composée pour le film I quattro bersaglieri, elle était destinée à raviver le soutien de la population italienne pour la campagne d’occupation de la Libye, alors sous domination ottomane ; cette chanson donne une bonne idée du climat colonial de l’Italie libérale bourgeoise (pas encore fasciste, précisons-le : il s’agit bien d’une campagne de 1911). Comme dit M. Dinucci, les tons ont changé, la rime, et les intentions (et l’enthousiasme de tous bords), demeurent.

Version originale : http://www.youtube.com/watch?v=JO9Ow4DGUbQ ,

et version un peu plus martiale, au cas où on prendrait les Italiens pour des rigolos (et « brava gente ») : http://www.youtube.com/watch?v=uszuDcZPOaQ  )

 

A Tripoli !

 Sais-tu où se niche le plus floride sol ?

Sais-tu où sourit le plus magique soleil ?

Sur la mer qui nous relie avec l’Afrique d’or,

l’étoile d’Italie nous désigne un trésor.

Nous désigne un trésor !

 Tripoli, belle terre d’amour,

que vole à toi ma chanson !

Que flotte le drapeau

Sur tes tours au grondement du canon !

Navigue, ô cuirassé :

propice est le vent et douce la saison.

Tripoli, terre enchantée,

tu seras italienne au grondement du canon !

Pour toi, Marin, que l’onde soit sentier.

Que Fortune te guide, Bersaglier !

Va et espère, Soldat, Victoire est là-bas,

Tu as avec toi l’Italie qui te crie : «  Va ! »

Dans le vent africain qui saisit Tripoli

Déjà résonnent les trompettes,

la marche royale.

A Tripoli les Turcs ne règnent plus : déjà notre étendard est hissé là-haut...

 

(Refrain : Tripoli bel suol d’amor et caetera...). La traduction -sommaire- a essayé de tenir compte de l’esprit et de la rime dans le poème initial (écrit par Giovanni Corvetto, musique de Colombino Arona). Mais ne manquez pas d’aller voir et écouter les vidéos des documents d’époque, pour comparaison avec ce que nous voyons, entendons (avalons voire soutenon

Partager cet article

Repost 0

commentaires