Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 11:19



Tract des résidents de la cité U en lutte.



Stop à ces élus qui détruisent le bien public.


La Communauté d'Agglomération des Hauts-de-Bièvres, propriétaire de la résidence Jean Zay depuis décembre 2008, s'offre cet été le luxe de vider tout un bâtiment de notre cité universitaire sans se soucier des vies qu'elle précarisera davantage en mettant à la porte près de 600 personnes (550 résidants, 36 élèves de l'école maternelle, les personnels du CROUS et de l'éducation nationale).


Mais de quels droits bénéficient ces décideurs pour se permettre d'expulser aveuglément tant d'individus qui élaborent en ce lieu leur vie intime et collective aujourd'hui menacée par ceux qui désirent une fois de plus détruire impunément une artie de la résidence ?


Nous avons affaire à des responsables politiques qui usent abusivement de leur titre à gouverner pour raser un bien public dans lequel nous vivons dans de bonnes conditions à un prix raisonnable mais qui ne rapporte rien à ceux qui aimeraient engranger des profits sur le terrain occupé par notre cité U qui rempli à ce jour un rôle social majeur pour les étudiants d'Ile de France.


A la place de ce bâtiment, les élus locaux comptent construire entre autres une discothèque et un cinéma de 10 salles. C'est une véritable provocation, une décision intolérable et indécente.


En 1986, cette même « bande organisée », fit appel aux bulldozers pour raser le bâtiment B et y implanter à la place des bureaux aujourd'hui inoccupés.


Nous ne les laisserons pas une fois de plus s'amuser de leur pouvoir et de leur déraison.


Notre cité U gène l'élite qui nous gouverne. Nous en avons pris note. Mais nous empêcherons et par tous les moyens la destruction du C.




Il ne faut pas perdre de vue qu'en 1988, le bâtiment C fut menacé de rachat et de destruction par la mairie d'Antony chapotée à l'époque par Patrick Devedjian. Une forte mobilisation des résidants permis de faire sauter ce projet antisocial.


En 1995, rebelote. Le bâtiment G, habité par des couples fut à sont tour menacé mais une nouvelle mobilisation avec occupation du restaurant universitaire permis au parti des résidants de préserver cette partie de la résidence.


Pour info, Patrick Devedjian est aujourd'hui en ces temps de crise notre fameux ministre de la relance. relance notamment de la décision de démolir le C ! Ces gestionnaires de la CAHB qui n'en finissent pas de pourrir la vie des habitants de Jean Zay, ont obtenu gratuitement la propriété de la totalité de notre résidence malgré l'avis du CROUS qui s'opposa  démocratiquement (par voix de vote interne) au transfert de propriété de la cité U qui eu pourtant lieu au cours de cet hiver.


Il nous faut alors apprendre à dire NON, en menant ensemble et fraternellement notre lutte contre cette ignoble décision.




NON je ne quitterai pas ma chambre pour être réadmis dans celle d'une personne qui vient d'être expulsée de la résidence pour des prétextes inadmissibles. En effet, pour permettre le relogement des habitants du C réadmis mais drastiquement sélectionnés, des résidants du A, D et E ayant quelques jours de retards dans le paiement de leur loyer ont été expulsés ou sont en cours d'expulsion. C'est révoltant, de constater à quel point le CROUS facilite les  démarches de ceux qui comptent détruire notre logement social et les liens qui se sont tissés en ces lieux. Les lettres que nous avons reçues du CROUS attestent de sa collaboration d'avec ces petits chefs qui veulent tout casser. Cette lettre nous dit que le bâtiment devra fermer le temps de travaux. Quelques jours plus tard, la tête du comité visible, Georges Siffredi, a annoncé récemment dans le Parisien que « la fermeture du C est une première phase » et qu'ils allaient « rattraper le retard ».


NON, vous ne détruirez pas un seul bâtiment de notre résidence.


NON, à toutes les décisions de ces élus qui détruisent le bien public.


Ces objections nécessitent d'être accompagnées d'un mouvement de l'ensemble des résidants de la cité U sans lesquels il sera impossible de contrer cette nouvelle menace s'apparentant à un projet terroriste : détruire un bâtiment sans se soucier de la vie de ses occupants.


Il revient à chacun de s'impliquer dans le mouvement en s'engageant dans les divers comités créés (comité d'action, de mobilisation, de communication et d'animation de la résidence).

 
Chaque résistant devra se tenir informé et prendre part à l'élan du mouvement s'il veut, et nous le pouvons, faire sauter les décisions arbitraires venant d'en haut.



 

« A bas les décisions injustes et les discours méprisants de ceux qui abusent de leur pouvoir ! Longue vie à Jean Zay ! »

Blog "Sauvons Jean-Zay"link

Partager cet article

Repost 0

commentaires