Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 21:31



Nanterre, le 6 avril 2009


Lettre à Madame La Présidente de l'université de Paris X


Madame La Présidente,


Au nom des étudiants de l'université de Paris X, nous nous permettons de vous adresser cette lettre pour vous témoigner notre indignation quant à l'agression, la brutalité et la violence dont les vigiles ont été les auteurs.


En effet, le mercredi 1er avril aux alentours de 16h30, quatre vigiles, dont un en civil, ont abordé quatre adolescents sur la pelouse près du bâtiment F. Ces derniers s'étaient rendus coupables d'avoir ri suite à l'intervention manquée par ces même vigiles d'un jeune homme en scooter, qui avait pris la fuite. Il y eut ensuite une altercation verbale entre les vigiles et ces adolescents, pris à parti par ces agents de sécurité, qui faute d'avoir pu attraper le jeune homme en scooter s'en sont pris aux adolescents en question. Les quatre adolescents ont été roués de coups et rapidement immobilisés à terre à la grande stupéfaction des étudiants témoins de la scène qui ont été complètement abasourdis par cet excès de zèle, et par la violence dont les vigiles ont fait preuve. Par la suite s'est déroulée une scène encore plus choquante : l'un des vigiles a violemment asséné un coup de pied au visage d'un des jeunes garçons immobilisé au sol. Ce mineur, le visage en sang, a finalement été relevé et conduit au bâtiment B en compagnie des trois autres adolescents escortés par les vigiles, les bras coincés au dos par leurs agresseurs. Indignés, des étudiants se sont rassemblés devant le bâtiment B afin de demander des explications aux vigiles qui ont passé à tabac ces mineurs, et déposer leurs témoignages à la Police Nationale intervenue sur les lieux suite à votre appel (selon les agents de police). Finalement trois des quatre jeunes brutalisés ont été emmenés au poste de police, et les agents de police intervenus pour l'arrestation des adolescents ont refusé de prendre la déposition des étudiants témoins.


Quant à l'un des adolescents (mineur), celui qui a été le plus brutalisé et dont le visage en sang témoigne de la violence des vigiles, à aucun moment les étudiants présents sur place ne l'ont vu sortir. Inquiets, ceux-ci sont donc restés devant le bâtiment B en attendant des nouvelles et des explications. C'est à ce moment là que certains vigiles sont venus informer les étudiants que « le jeune garçon a été emmené au poste de police en compagnie des vigiles qui ont porté des coups sur ces adolescents », tout en assurant aux étudiants que « justice serait faite et qu'il y aurait des sanctions. »


En plus d'avoir agi violemment et de manière criminelle contre des adolescents, les vigiles ont tenté illégalement, et avec malhonnêteté, de soudoyer l'adolescent blessé, en le laissant s'échapper par le parking souterrain du bâtiment B avant que la Police ne soit sur les lieux. Leurs collègues ont également menti, en assurant aux étudiants que l'adolescent blessé avait été évacué par la Police avec ses agresseurs. Cela prouve que le service de sécurité de l'université cherche à étouffer l'affaire. Nous rappelons que ceci est interdit par la loi, tout comme leurs agissements envers ces adolescents, et qu'ils sont passibles de poursuites. Les étudiants témoins des faits ont noté la présence de certains vigiles, connus dans l'université, dans le hall du bâtiment B, ainsi que celle des responsables de la sécurité de l'université de Nanterre, et ces personnes apparaissent sans aucun doute impliqués dans cette affaire.


Nous tenons à vous rappeler, Madame la Présidente, qu'il s'agit d'un énième abus inacceptable du soi-disant « service de sécurité de l'université ». Ces violences sur ce groupe d'adolescents sont l'illustration du sentiment d'impunité qu'éprouve ce service, car malgré les nombreuses plaintes et poursuites intentées à son encontre (mouvement CPE et LRU, procès d'un locataire de la cité U de Nanterre), il n'a jamais été inquiété.


Madame la Présidente, vu la gravité des faits, les étudiants de l'université de Paris X sont extrêmement indignés du comportement des vigiles et exigent que justice soit réellement faite. Par conséquent, nous demandons que la direction de l'université se désolidarise totalement des agissements de ses vigiles et de leurs responsables. Nous exigeons, Madame la Présidente, des sanctions immédiates contre le personnel de sécurité impliqué ainsi que le désarmement de tous les vigiles.


Vous trouverez ci-joint les témoignages des étudiants qui ont assisté à l'agression.


Nous vous prions de recevoir, Madame la Présidente, l'expression de notre plus haute considération.



 

 

 

AGEN, CNT, Cultur'PX, NPA, SUD, témoins et étudiants non-syndiqués.

Partager cet article

Repost 0

commentaires