Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 21:23

CHAT ÉCHAUDÉ CRAINT L’EAU FOUET’ !

« Nou péké lésé on bann béké rétabli lesklavaj an Gwadloup ». Eh bien, en lançant cette phrase Elie Domota, au nom du LKP, ne fait que reprendre une inquiétude qui a été transmise de génération en génération à une grande partie du peuple Guadeloupéen. En effet il y a eu un précédent. Et oui ! Vous avez bien entendu (ou lu). Cela a déjà été fait. Je ne suis pas historien mais il me semble que c’est sur les conseils de Joséphine de Beauharnais - femme békée de Napoléon - que l’esclavage a été rétabli en Guadeloupe le 16 juillet 1802 après l’abolition de 1794. Donc vous voyez monsieur le procureur de la république française, lorsqu’on vient s’installer dans un pays on devrait d’abord connaître le peuple avec son histoire. Car il ne suffit pas de se promener sur le marché, de manger des accras ou de se faire voir sur canal 10 pour connaître les origines de nos maux. Nos mots viennent parfois de nos maux et comme vous étés mal informé ou mal formé nous vous excusons et nous vous disons qu’il est encore temps de vous rapprocher des descendants de Joséphine pour leur dire en reprenant en chœur avec nous : « Nou péké lésé on bann béké rétabli leskavaj an Gwadloup ! » - M.

 

Lien

Partager cet article

Repost 0

commentaires