Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 23:58




"ORGANISONS UNE CENTRALE SYNDICALE DE LUTTE DE CLASSE"

Tout au long de ces dernières années, les ouvriers, les paysans, les employés de différents secteurs, les petits fonctionnaires ont déclenché des actions de masse (grèves, manifestations, etc. ... ) contre le renforcement de l’exploitation de la classe des capitalistes, la classe des propriétaires fonciers et de l’État qui est à leur service. La classe des capitalistes, et la classe des propriétaires fonciers ont toujours utilisé une double tactique (d’une part les mensonges, les manœuvres de division et de corruption, d’autre part la répression armée) pour briser la juste lutte des travailleurs. Les travailleurs ont certes remporté quelques succès dans leur lutte, mais ils ont essuyé aussi beaucoup d’échec.

 Pourquoi ?

Les ouvriers, les paysans et les autres travailleurs n’avaient pas une conscience de classe assez élevée ; ils ne savaient pas encore distinguer clairement qui étaient leurs amis, qui étaient leurs ennemis ; ils n’étaient pas assez unis et organisés. Toutefois, la cause principale de ces échecs réside dans le fait que les travailleurs ont été trahis par les dirigeants des centrales syndicales. Les directions de ces centrales syndicales collaborent avec les capitalistes, les propriétaires fonciers et l’État capitaliste contre les travailleurs.

 Mais ni les mensonges, les manœuvres de division et de corruption, la répression armée de la classe des capitalistes et des propriétaires fonciers, ni la trahison des centrales syndicales n’ont pu empêcher à la lutte de classe de se développer et de devenir plus aiguë. Les classes existent et la luttede classe est inévitable. La classe des capitalistes exploite la classe ouvrière, les masses paysannes, les employés etc. .. La classe des propriétaires fonciers exploite les masses paysannes, l’État exploite les ouvriers et les fonctionnaires et réprime la lutte du peuple.

Les licenciements se font plus fréquents et plus massifs ; le chômage s’étend ; les conditions de travail sont de plus en plus dures ; les salaires continuent à baisser, les libertés syndicales et autres libertés démocratiques sont supprimées ; la répression contre les travailleurs est de plus en plus sauvage etc. ..

 Il est inévitable que la lutte de classe devienne plus aiguë et plus acharnée. Les ouvriers luttent contre la classe des capitalistes, les paysans contre la classe des propriétaires fonciers, les employés et fonctionnaires contre les capitalistes et l’État, l’ensemble du peuple contre l’État qui l’opprime.

Tirant les leçons de leurs expériences de lutte, les paysans pauvres ont été les premiers à rejeter la direction des organisations syndicales de collaboration de classe ; ils se sont unis, ont pris en main la direction et créent deux organisations syndicales de lutte de classe : UTA (Union des Travailleurs Agricoles) et UPG (Union des Paysans Pauvres de la Guadeloupe). En trois ans ces deux organisations ont déclenché deux puissants mouvements de masse qui ont fait voir aux travailleurs de tous les secteurs, le visage de traître des dirigeants de toutes les centrales syndicales.

 Un grand nombre d’ouvriers, d’employés de tous les secteurs, des petits fonctionnaires ont approuvé l’orientation syndicale de l’UTA. Ils ont décidé de s’unir autour de celle-ci pour organiser une véritable centrale de lutte de classe. Au cours de multiples discussions avec des organisations syndicales de base et avec des travailleurs inorganisés, nous avons fait un bilan des luttes syndicales passées et nous avons défini notre ligne syndicale.


Camarades ! Aujourd’hui nous tenons le congrès constitutif de l’UGTG. C’est une nouvelle étape dans la lutte de la classe ouvrière et de l’ensemble du peuple Guadeloupéen contre l’exploitation et l’oppression des capitalises et des propriétaires fonciers et de l’État au service de ces derniers.

Participons au Congrès Constitutif de l’UGTG qui aura lieu à Baie-Mahault (Salle du C.P.P.R.) Dimanche 2 décembre 1973 à 8 heures

 Déployons tous nos efforts pour faire de l’UGTG une puissante organisation syndicale de classe et de masse, dirigée par la classe ouvrière !

* Ouvriers de l’industrie, de l’agriculture, du Bâtiment, des docks, UNISSEZ-VOUS !
 
* Ouvriers et paysans, UNISSEZ-VOUS !

 * Ouvriers, paysans, employés de commerce, de maison des hôpitaux, petits fonctionnaires, marins, petits commerçants et artisans,

UNISSEZ-VOUS ! UN POUR TOUS, TOUS POUR UN

Le Comité Préparatoire du Congrès Constitutif de l’UGTG

Partager cet article

Repost 0

commentaires