Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 16:24



















Le gouvernement n’a pas attendu la crise pour attaquer nos droits. Depuis des années, on nous dit que « les caisses sont vides »... Ce qui justifie les suppressions de postes dans la fonction publique, l’allongement de la durée de cotisation pour les retraites, le déremboursement de médicaments... Mais les milliards sont bien là pour les banques !

Cette politique va délibérément dans l’intérêt des plus riches. Mais ceux qui la subissent ne restent pas sans rien faire. Les sans-papiers revendiquent leurs droits par la grève et des occupations, comme dans l’église Saint-Paul de Nanterre. En Italie, les étudiants ont lancé le plus grand mouvement depuis 20 ans, contre la privatisation de leurs universités, et ils commencent à entraîner les salariés avec eux. Nous aussi, nous devons nous battre pour sauvegarder les services publics...

Pas touche à l’Éducation !
Le projet du gouvernement est clair : faire des économies sur notre dos, nous faire payer la crise en tirant nos salaires et nos conditions de vie vers le bas.
Pour cela, il supprime des postes (80 000 dans le secondaire d’ici 2012, 900 à l’Université l’année
 prochaine...), oblige les universités à aller chercher des financements ailleurs, y compris dans le privé. Il projette une autonomie des lycées sur le modèle de celle des facs : les établissements n’auront pas la même dotation, elle dépendra de leur projet et de leurs résultats... En gros de l’origine sociale de leur public.

Des diplômes de qualité pour tous!
Mais donner moins de moyens ne suffit pas. Un diplôme, c’est une garantie sur le marché du travail... A condition qu’il ait un contenu et une valeur reconnue dans les conditions collectives ! A l’Université, les diplômes professionnels se multiplient : des diplômes hyper-spécialisés (« Chargé de clientèle au Crédit Mutuel »,
« Chef de rayon Carrefour »...), qui ne sont donc pas reconnus sur tout le marché du travail. Le Plan « réussite en licence », présenté l’année dernière par le gouvernement, prévoit de mettre plus de stages (c’est-à-dire de travail gratuit pour les entreprises) et moins d’heures de matières fondamentales dans les diplômes.

Pas de concurrence entre les facs!
Avec le Plan Campus, Pécresse a sélectionné dix universités pour en faire des « pôles d’excellence »... Ce qui veut dire que les autres seront des « facs poubelles », voire qu’elles disparaîtront ou fermeront des filières.

Les universités vont devoir choisir : accueillir beaucoup d’étudiants en dispensant des diplômes déqualifiés ou sélectionner pour faire partie de « l’élite ». A Nanterre, le nombre d’étudiants refusés, les sans-facs, en atteste.

La crise sociale c’est pour nous!
Le but de nos dirigeants est de faire de nous des précaires... Et cela aussi on l’apprend à l’université. Plus de 50% des étudiants doivent se salarier. Les aides sociales sont rognées, distribuées au compte-goutte. La création d’un nouvel échelon l’année dernière n’a pas permis de répondre aux besoins. L’absence de construction de logement rend presque impossible l’accès au logement social pour les étudiants. Cet été, le CROUS a expulsé des résidents de la cité- U de Nanterre par une intervention policière.

Une solution, la lutte collective!
Le gouvernement ne le cache pas : le pire est encore à venir ! La LRU, l’an passé, était un socle pour multiplier les attaques. Si le mouvement étudiant n’a pas réussi à la faire abroger, il n’est pas trop tard pour se mobiliser contre la politique du gouvernement. Ce qu’il faut, c’est tirer les bilans des derniers mouvements, s’organiser collectivement pour faire la démonstration de notre force. L’année dernière, les CRS et les Gardes mobiles avaient attaqué les étudiants mobilisés. Pour sa participation au mouvement contre la LRU, Marco est poursuivi par
des membres du service de sécurité de la fac.

Ne laissons pas Sarkozy et ses ministres passer leurs coups en force !
Si nous sommes nombreux et déterminés, nous pourrons les faire reculer, comme il y a deux ans avec le CPE !

Partager cet article

Repost 0

commentaires