Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 23:50

undefined














Lors du dernier mouvement social étudiant, la lutte contre la casse des services publics et donc pour l'abrogation de la LRU, la réaction du pouvoir gouvernemental fut violente. Dans toute la France, des arrestations et des inculpations ont eu lieu. Des attaques des soit-disantes 'forces de l'ordre' contre les étudiantEs ont fait plusieurs blesséEs, tel que le lycéen à Nantes qui a reçu une balle de flashball en plein visage et qui en a perdu un œil. Des surveillances et des pressions ont mené à l'interdiction de sortie du département à deux étudiants de Montpellier.
 

            En ce qui nous concerne, au-delà des militantEs qui se sont fait suivre dans les rues par la BAC ou même saluéEs par ces derniers le matin en bas de chez eux, nous avons fait face à sept interpellations et quatre inculpations.

 

            Afin de créer et d'organiser la solidarité avec les camarades arrêtéEs, une commission anti-répression fut créée. Nous avons alors diffusé plusieurs tracts sur la situation locale et sur le contexte politique plus global dans lequel prend place la répression.

 

            Dans les actes, la commission a alors décidé d'organiser une journée de soutien aux étudiantEs ayant subit la répression de l'état. Les militantEs se sont alors divisé le travail en commissions autonomes. Cette journée s'est enfin matérialisée le mercredi 27 février.

 

            En début d'après midi prenait place un débat suite à la projection de « Université, le grand soir ». La soirée fut ouverte par la représentation des IPI (Interventions Pestaculaires Idiotes), pièce de théâtre montée pendant le mouvement par un groupe d'étudiantEs mobiliséEs. Au fil de plusieurs saynètes satyriques, des questions politiques furent soulevées telle que la place des banques et autres financeurs industriels dans l'université. La « Lutte en Chantier », chorale militante tourangelle d'une vingtaine de personnes a ensuite donné une superbe représentation pleine d'espoir, de vigueur et d'émotion. Ils et elles ont repris des grands standards de la chanson engagée ou révolutionnaire, portéEs par un public très réactif.

 

            Les « Tribaltimbanques » ont ensuite permis à tout le monde de se reposer au son de leurs diverses percussions et didjeridoos. Les « Salgamos » ont alors fait bouger la salle, finissant par un Hip Hop aux paroles particulièrement acerbes contre le système, spécialement écrit pour l'occasion. « Emile Pylas », véritable légende locale, a réussi le challenge de faire chanter à tue tête la salle Thélème de l'université sur ses chansons comme « Mais que fait la police ? » ou encore « Allocation dégressive ». Et pour finir la soirée, du punk post-nucléaire avec les « Frottis de l'espace » qui ont réussi à agiter les derniers irréductibles. A noter la présence d'une tribune libre entre chaque concert.

 

            Bref, une très bonne soirée, sans aucun problème. L'entrée prix libre et la vente de nourriture et de boissons ont mine de rien permis d'engranger 1800€ (pour un investissement de 200€…), entièrement dédiés au paiement des procès et des amendes des camarades inculpéEs.

 

            La commission anti-répression n'entend pas s'arrêter là et poursuivra son travail en axant sur la participation au Front Uni contre la répression, la sensibilisation de la population et l'organisation de futurs évènements (concerts, manifs,…).

La lutte continue, la prairie brûle encore !

undefined

Partager cet article

Repost 0

commentaires