Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 11:26
Communiqué de la FSE

Après avoir négocié la LRU avec Pécresse et Sarkozy au mois de juillet, après avoir refusé de mettre en avant le mot d'ordre d'abrogation de la LRU alors qu'il est porté par les coordinations nationales et les Assemblées Générales depuis le mois d'octobre, après avoir fait un coup de force anti-démocratique en envoyant des dizaines de faux délégués à la coordination de Tours, après avoir retenté ce coup de force à Lille et suite à son échec, avoir dénoncé cette coordination auprès des médias, la direction de l'Unef appelle carrément à cesser la grève.

La FSE condamne fermement cette tentative de briser le mouvement.
La mobilisation continue à s'amplifier, les lycées sont de plus en plus nombreux à la rejoindre, les Assemblées Générales de personnel enseignant ou non-enseignant sont de plus en plus nombreuses à soutenir les étudiants, et à les rejoindre dans la grève.

Le gouvernement multiplie les effets d'annonce, l'augmentation du budget de l'enseignement supérieur et de la recherche promise ne résulte pas du mouvement, elle était déjà annoncée dans le programme électoral de Sarkozy ! De plus ce budget consiste en divers cadeaux fiscaux aux entreprises, en rattrapage de sommes non versées les années précédentes, en rénovations immobilières déjà prévues dans les plans Etat-régions de 2000-2006 et non-payées, en financement de l'autonomie des universités et autres menus ajustements.
Le budget prévu ne correspond absolument pas aux besoins réels de l'université et de la recherche, il n'y a ni augmentation massive du nombre et du montant des bourses, ni construction de logements universitaires à hauteur des besoins, ni recrutement massif de personnel statutaire enseignant ou non-enseignant etc,etc.
Le gouvernement veut acheter la paix social mais il n'y met même pas les moyens !

Les autres promesses sont ridicules ou mensongères, les frais d'inscriptions même quand ils sont fixés par l'Etat augmentent chaque année beaucoup plus que l'inflation, certains diplômes d'universités (DU) coûtent déjà jusqu'à 5000€, et par ailleurs c'est une volonté affichée (De Villepin en février 2007 par exemple ou Sarkozy pendant sa campagne) de parvenir à faire payer les étudiants, même si c'est suffisamment risqué pour que le gouvernement ne s'y attaque pas encore de front. La sélection n'est pas encore dans la loi mais l'obligation de pré-orientation est une condition de l'inscription et un élément déguisé de marche-pied à une future sélection, le cadrage national des diplômes est détruit depuis la mise en place du LMD et la LRU renforce cet état de fait, cela n'a rien avoir avec une validation a posteriori des diplômes par le ministère.

Tout cela suffit visiblement à la direction de l'Unef, mais l'Unef n'a jamais porté les revendications réelles du mouvement et en premier lieu l'abrogation de la LRU !
L'Unef qui n'a pas appeler une seule fois à la grève et qui n'a rien fait pour lancer la mobilisation n'a aucune légitimité pour appeler à cesser la grève, cet appel restera d'ailleurs vain, il contribuera simplement encore plus à la colère des étudiants mobilisés contre l'Unef.

La FSE considère que les revendications du mouvement c'est-à-dire celles mises en avant par les coordinations nationales n'ont absolument pas été satisfaites et que par conséquent rien ne justifie de cesser la grève.

La FSE appelle à continuer et à renforcer la grève et les piquets de grève jusqu'à satisfaction des revendications
lien

Partager cet article

Repost 0

commentaires