Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • Le blog de AGEN (Association générale des étudiants de Nanterre)
  • : Pour un syndicalisme de combat.
  • Contact

Infos et citations

Nous devons bannir de nos rangs toute idéologie faite de faiblesse et d’impuissance. Tout point de vue qui surestime la force de l’ennemi et sous-estime la force du peuple est faux.


"La situation actuelle et nos tâches" (25 décembre 1947)  Oeuvres choisies de Mao Tsé-Toung, Tome IV




 
Dans l’histoire de l’humanité, toute force réactionnaire au seuil de sa perte se lance nécessairement, dans un ultime sursaut, contre les forces de la révolution ; et souvent, des révolutionnaires sont un moment induits en erreur par cette force apparente qui dissimule la faiblesse intérieure, ils ne voient pas ce fait essentiel que l’ennemi approche de sa fin et qu’eux-mêmes sont près de la victoire.

« Le Tournant de la Seconde guerre mondiale » (12 octobre 1942). Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome III.

Recherche

13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 12:23

sankara.jpg  

Bulletin du syndicalisme de combat numéro 19 (octobre 2007)

Le 4 août 1983, un soulèvement populaire dans le pays de
la Haute-Volta en Afrique de l’Ouest-un des pays les plus pauvres du monde- a initié une des plus profondes révolutions de l’histoire de l’Afrique. Son dirigeant était Thomas Sankara qui, à l’âge de 33 ans, est devenu le président du nouveau gouvernement. Le pays a été renommé Burkina Faso ce qui signifie le pays des hommes intègres.







Au cours des 4 années suivantes, la révolution burkinabé a réalisé un programme ambitieux comprenant une réforme agraire, la lutte contre la corruption, le reboisement pour stopper l’avancée du désert et prévenir la famine et la priorité à l’éducation et aux soins de santé. Afin de mettre ces mesures en application, le gouvernement a encouragé l’organisation, la mobilisation et l’éducation politique des paysans, des travailleurs, des femmes et des jeunes du pays. Il a accordé une grande importance à la solidarité du Burkina Faso avec les luttes de libération qui se déroulaient dans le monde, de la bataille contre l’apartheid en Afrique du Sud aux mouvements révolutionnaires à Cuba, au Nicaragua et an Palestine.

 

Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara a été assassiné au cours d’un coup d’Etat contre-révolutionnaire qui a détruit le gouvernement révolutionnaire. Thomas Sankara a été assassiné il y a 20 ans par le despote néo-colonial Blaise Compaoré, actuel dirigeant du Burkina Faso et grand ami de Sarkozy et de Bolloré.

 

Une semaine avant sa mort, parlant à propos du dirigeant assassiné de la révolution cubaine Ernesto Che Guevara, Sankara avait dit : « en tant qu’individus les révolutionnaires peuvent être tués, mais vous ne pouvez pas tuer les idées » Cette affirmation a été confirmée dans le cas de Thomas Sankara lui-même. Il est devenu un symbole pour des millions de personnes à travers l’Afrique qui ont vu dans la révolution burkinabé une source d’inspiration pour la bataille pour la libération nationale et sociale véritable de l’Afrique.

(Source : Préface du livre de Thomas Sankara L’émancipation des femmes et la libération de l’Afrique)

Partager cet article

Repost 0

commentaires